Crédit : AFP

LNH

Rod Gilbert a marqué autrui par son humanité

Publié | Mis à jour

Une célébration funéraire en l’hommage de l’ancienne vedette des Rangers Rodrigue Gilbert a eu lieu mardi à New York et tous ceux l’ayant côtoyé, notamment l’ex-quart des Jets Joe Namath, ont souligné ses qualités humaines qu’il a su bien communiquer.

Décédé à l’âge de 80 ans le 19 août, le Montréalais a été une grande vedette dans la Grosse Pomme à la fin des années 1960 et au début de la décennie suivante. Celui ayant passé toute sa carrière chez les Blueshirts a récolté 1021 points en saison régulière durant sa carrière et a connu cinq saisons d’au moins 30 buts. Cependant, le numéro 7 ne s’est pas seulement démarqué sur la glace. 

Tout comme Gilbert, Namath a été une figure sportive marquante de son époque. Ce que le joueur par excellence du Super Bowl III a retenu de son ami, c’est son souci de l’autre.

«Je l’aimais, a déclaré l’ex-pivot de la NFL dans un entretien téléphonique au quotidien "New York Post", lundi. Il était juste le gentilhomme le plus sincère et le plus merveilleux. Il avait du respect pour tout le monde. J’ai rencontré et passé du temps avec des gens spéciaux lorsque j’étais à New York, et Rod était l’un des meilleurs. J’ai les larmes aux yeux seulement en parlant de lui.»

«J’appréciais tellement sa compagnie. Il avait ce regard malicieux au visage, son accent et ses yeux scintillants. Il était amusant, a-t-il ajouté. Je n’en connais pas beaucoup sur ses débuts, mais je sais que ses qualités humaines venaient de la maison. Il a bien traité les gens. [...] Rod était le gars parfait pour New York. Il aimait les autres et je l’appréciais pour cela. Et il était un excellent joueur.»

D’autres témoignages 

Namath n’est pas l’unique personne ayant des louanges à l’endroit de celui ayant été l’objet de funérailles mercredi avant-midi, à l’église Ste. Monica’s, soit au même endroit où s’est déroulé l’hommage de la veille en présence des proches et de la famille. Ancien président des Rangers, John Davidson a bien connu le Québécois dans le vestiaire.

«Certains d’entre nous sommes coéquipiers, mais lui, il faisait sentir tout le monde comme ses coéquipiers, a affirmé l’ex-gardien du club new-yorkais et actuel président des Blue Jackets de Columbus pendant la cérémonie de mardi, tel que rapporté par le site NHL.com. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous ayant connu Rod au fil des ans sachez que, peu importe si vous avez joué ou non au hockey, vous deveniez l’un de ses coéquipiers. L’une des plus belles choses de la vie, c’est si... vous êtes un bon partenaire, ça fera un long bout de chemin.»

«Rod Gilbert nous a tous touchés avec la joie que le hockey a donnée, à lui et à moi, dès l’âge de 12 ans, a de son côté déclaré son ami de longue date Jean Ratelle, qui se dit d’avoir pu patiner en sa compagnie durant plus de six décennies. Quand Rod est tombé malade, on s’est parlé quotidiennement jusqu’à ce qu’il devienne incapable de parler. Il était en paix et à la fin, il était prêt pour sa prochaine vie. J’aimerais te remercier, Rod. Je ne serais pas ici sans toi.»