Crédit : AFP

LNH

Vegas, Edmonton et qui d’autre?

Vegas, Edmonton et qui d’autre?

Michel Godbout

Publié 07 septembre
Mis à jour 07 septembre

Amateurs de hockey, êtes-vous prêts pour une véritable saison de 82 matchs en plus des séries? Si tout va bien, c’est ce que nous aurons en 2021-2022.

En plus, avec l’arrivée du Kraken de Seattle comme 32e équipe, une nouvelle curiosité s’installe et les 4 sections sont désormais équilibrées.   

Parlant des 32 formations, qui a fait quoi durant la saison morte? Laquelle est meilleure et laquelle est pire? Quels joueurs endosseront de nouveaux uniformes?

Les réponses à ces questions et ma propre analyse suivent ci-bas.

Évidemment, n’étant pas clairvoyant et ne possédant pas de boule de cristal, mes prévisions ne peuvent tenir compte des blessures ou autre événement (lire COVID) qui pourraient altérer les performances d’une équipe. Mais j’ai fait mes recherches et je tire mes conclusions.

Commençons avec la Section Pacifique. 

Seattle     

Arrivés/Départs: Nouvelle formation 

Séries: 5/10 

Débutons avec l’équipe sur laquelle tous les projecteurs seront braqués, du moins en début de saison. Tout comme les Golden Knights à leurs débuts, le Kraken pique la curiosité du partisan par sa nouveauté. Mais il attirera l’attention aussi parce que la comparaison avec la saison inaugurale de Vegas est incontournable et tentante. 

Comparaison juste? En un mot: non! Rappelons-nous qu’en 2017-18 les 30 directeurs généraux avaient sous-estimé la ruse que pouvait avoir Vegas pour obtenir certains joueurs de talent. Résultat: Vegas pouvait compter sur un prolifique marqueur en Jonathan Marchessault, des défenseurs solides en Deryk Engelland et Nate Schmidt et des joueurs surprises comme William Karlsson et Alex Tuch. Sans oublier les prouesses de Marc-André Fleury devant le filet. Pour l’instant, le Kraken ne montre pas autant de talent brut dans son alignement avant le début de sa saison inaugurale. De toute évidence, les DG ont appris leur leçon et le Kraken n’a pas été aussi astucieux que Vegas. 

Seattle a opté pour du caractère et de l’équilibre sur ses quatre trios. Marquer des buts se fera par comité (Yanni Gourde, Colin Blackwell, Jordan Eberle). Défensivement, ça ne sera pas piqué des vers avec Mark Giordano et Jamie Oleksiak qui montreront la voie à de beaux jeunes talents (Jérémy Lauzon, Cale Fleury, Haydn Fleury, Dennis Cholowski). Devant le filet, la stabilité sera le mot d’ordre avec Philipp Grubauer et Chris Driedger; ils dicteront fort probablement le tempo de la première saison du Kraken. Est-ce que ce sera suffisant pour se qualifier pour les séries? Possiblement, mais par la peau des.... tentacules! 

Los Angeles     

Arrivés: Phillip Danault, Viktor Arvidsson, Alex Edler 

Départ: Matt Luff 

Séries: 5/10 

Clairement, il y a un désir de s’améliorer à L.A. L’ajout d’un véritable marqueur en Viktor Arvidsson vient certainement ajouter un punch offensif à une équipe qui en avait grandement besoin. Philip Danault se voit et sera utilisé dans un rôle plus offensif, mais il faudra voir si l’ancien centre du CH pourra marquer les buts qu’il n’arrivait pas à inscrire à Montréal. 

Chose certaine, il viendra épauler Anze Kopitar au centre et lui enlever une certaine pression aussi. L’ajout de Danault aidera aussi l’intégration de Quinton Byfield dans la LNH. Le jeune centre format géant n’a joué que 6 matchs avec les Kings l’an dernier et 32 dans la LAH. Byfield fait partie d’un noyau de jeunes très prometteur à Los Angeles et le rendement de ces jeunes est difficile à prévoir mais disons que s’ils performent bien, les Kings seront à surveiller. Mais c’est une grosse condition.

À l’autre bout du spectre de l’âge, Alex Edler n’est pas un mauvais ajout en défense, mais à 35 ans, je doute qu’il colmate toutes les brèches défensives des Kings, pas plus que Drew Doughty avec ses 31 chandelles. Pour ces raisons, il faudra se tourner davantage vers Calvin Petersen qui a fait du bon travail devant le filet avec le vénérable Jonathan Quick pour le seconder. 

En séries les Kings? Ca risque d’être une bataille de tous les instants et le Kraken jouera dans leurs pattes.

San Jose     

Arrivés: Adin Hill, James Reimer, Andrew Cogliano, Nick Bonino   

Départs: Martin Jones   

Séries: 3/10 

Je ne déteste pas ce que les Sharks ont fait au cours de la saison morte, mais je doute que ce soit suffisant pour les voir en séries. Le gros du changement s’est fait devant le filet avec Adin Hill et James Reimer qui remplaceront le premier gardien qu’était Martin Jones. Reimer comme police d’assurance, c’est comme dire que vous êtes «assurés d’un bord» avec votre véhicule; si vous êtes dans le pétrin: bonne chance! C’est vrai qu’il n’a pas mal paru en Caroline, mais les Sharks ne sont pas les Hurricanes en terme de jeu défensif. Le pauvre Reimer va trouver que ça vient vite à San Jose. Adin Hill est un choix intéressant par contre. Il a montré de belles choses en Arizona, tout en jouant continuellement dans l’ombre de Darcy Kuemper et Antti Raanta. 

Cela dit, le tandem Hill-Reimer sera le bienvenue, mais ce ne sera pas la solution. Les acquisitions d'Andrew Cogliano et de Nick Bonino ajoutent certainement de la profondeur à l’alignement mais là aussi, c’est mince. Au moins, Logan Couture devrait être en santé. Hors glace, la saga Evander Kane se poursuivra et on verra bien s’il pourra mettre de l’ordre dans sa vie et regagner la confiance des Sharks. À défaut de quoi, on pourrait toujours se divertir avec de nouvelles apparitions télé de l’édenté Brent Burns!

Anaheim     

Arrivés: Greg Pateryn 

Départs: Haydn Fleury, Danton Heinen, Andy Welinski  

Séries: 0/10 

Tout laisse croire que ce sera un autre long hiver dans le village de Mickey. Non mais comment expliquer qu’une équipe qui termine 30e sur 31, avec un différentiel de «buts pour/buts contre» de MOINS 53 (!!!), n’apporte AUNCUN CHANGEMENT à son alignement outre la perte de trois joueurs et l’arrivée, aussi insignifiante soit-elle, de Greg Pateryn? Ça dépasse tout entendement! Quel manque de respect pour les partisans, surtout venant d’une équipe qui possède des fonds et qui a 14 millions à dépenser avant de toucher au plafond salarial. 

Franchement, plus j’y pense et plus je n’y comprends rien! Pourtant, les Ducks ont de beaux espoirs, je pense notamment à Maxime Comtois et Trevor Zegras. Un pointeur dangereux en Rickard Rakell. D’autres jeunes viendront garnir cet alignement en reconstruction, mais on est à des années lumières de la coupe aux lèvres. Surtout qu’Anaheim n'a même pas daigné ajouter de bons vétérans autonomes pour aider cette jeunesse, outre le retour de Ryan Getzlaf. Pauvre John Gibson, un bon gardien qui ne peut tout faire seul, surtout pas marquer des buts! 

Vancouver     

Arrivés: Jaroslav Halak, Luke Schenn, Tucker Poolman, Oliver Ekman-Larsson, Justin Dowling, Conor Garland, Jason Dickinson, Philip Di Giuseppe 

Départs: Braden Holtby, Jay Beagle, Nate Schmidt, Alex Edler, Jalen Chatfield, Antoine Roussel, Loui Eriksson 

Séries: 6/10 

Pour être actifs, les Canucks l’ont été. Ils ont acquis plusieurs joueurs forts intéressants et si la sauce prend, ça regarde bien. Mais faut que cette sauce prenne justement. Ce n’est pas toujours évident pour une équipe d’accueillir autant de nouveaux visages. Il en reviendra à l’entraineur Travis Green de faciliter leur intégration. Mais chose certaine, les joueurs restants seront motivés de voir que l’organisation croit en eux et a voulu ajouter des pièces pour palier à certaines carences. Tout ça, en ne vidant pas les coffres et délaissant certains contrats onéreux. Lorsqu’on considère le jeune talent à Vancouver comme Elias Pettersson, Quinn Hughes (les deux ne sont pas encore sous contrat), Bo Horvat, Brock Boeser, Nils Hoglander et le gardien Thatcher Demko, l’avenir est très prometteur. 

Ajoutez à cela Conor Garland, un marqueur né qui a prouvé à toute la LNH que sa petite taille n’empêche pas son talent de s’exprimer et Jason Dickinson qui viendra ajouter beaucoup de profondeur. Sans oublier Jaroslav Halak, qui a certainement quelques bons arrêts restant dans ses jambières. Encore une fois, ça regarde drôlement bien dans les rocheuses. 

Oliver Ekman-Larsson est mon point d’interrogation par contre. Il ne faut pas se faire de cachette, il s’est retrouvé avec les Canucks dans la transaction pour Conor Garland car les Coyotes voulaient se départir du contrat stratosphérique du défenseur. Mais ses performances baissent depuis quelques saisons et je doute de ce qu’il pourra apporter à Vancouver, sauf des ulcères d’estomac à Travis Green! 

Calgary     

Arrivés: Blake Coleman, Trevor Lewis, Tyler Pitlick, Nikita Zadorov, Andy Welinski 

Départs: Mark Giordano, Derek Ryan, Josh Leivo, Dominik Simon, Louis Domingue 

Séries: 5/10 

Il y a deux noms qui résument la période estivale des Flames: Giordano et Coleman. Commençons par le dernier, Blake Coleman est un ajout important pour les Flames. Il arrive avec deux doigts ornés de bagues de la coupe Stanley, coupes remportées grâce à sa grande contribution lors des 112 matchs joués avec Tampa. Il apportera de la fougue et du leadership sans l’ombre d’un doute. Mais l’éléphant dans le vestiaire des Flames est la place laissée vacante par Mark Giordano. Il y a certainement un corps chaud déjà assis à sa place, mais Calgary n’a pas trouvé de remplaçant digne de ce nom pour leur ancien capitaine. Il est vrai que Giordano avait quelque peu ralentit mais il demeurait l’un, sinon LE, pilier défensif de l’équipe. 

Le reste de la brigade défensive m’apparait suspect à l’exception de Chris Tanev. L’attaque devrait s’en tirer avec les Gaudreau, Tkachuk, Lindholm et Mangiapane, mais encore là, ça ne sera pas une machine offensive. Et comment jouera Jakob Markstrom? Après l’avoir soutiré aux Canucks, les Flames croyaient enfin avoir trouvé un gardien solide sur qui ils pouvaient se fier soir après soir. Mais la réalité s’est avérée différente. Markstrom peut certainement être plus constant que l’an dernier et il devrait normalement rebondir. Mais les Flames ont quand même choisi de piger le jeune géant Dan Vladar dans la cour des Bruins pour seconder Markstrom. Sauf qu’avec seulement cinq matchs d’expérience dans le circuit, Vladar devra apprendre vite si le gardien numéro un éprouve encore des difficultés. 

Je me relis et je semble un peu pessimiste sur l’avenir immédiat des Flames et franchement, je ne crois pas avoir tort. Le seul élément qui pourrait changer la donne est Darryl Sutter. Il a la capacité de soutirer le meilleur chez certains joueurs tout comme il peut les éteindre comme il l’a fait avec Matthew Tkachuk l’an dernier. Si Sutter évolue, il pourrait inspirer ses hommes et gagner des matchs. Mais c’est une grosse condition. 

Edmonton     

Arrivés: Zach Hyman, Warren Foegele, Derek Ryan, Cody Ceci, Duncan Keith 

Départs: Ethan Bear, Jujhar Khaira, Dmitry Kulikov, Adam Larsson, Caleb Jones 

Séries: 7/10 

Insatisfaits du rendement des Oilers en séries l’an dernier, les grands bonzes de l’organisation ont apporté plusieurs changements. Mais comme c’est souvent le cas à Edmonton, est-ce que les changements ne seront que ça, des changements sans valeur? Regardons de plus près. Pour moi, l’ajout qui aura le plus d’impact est sans contredit Zach Hyman. Il s’est forgé une solide réputation grâce à ses performances inspirantes à Toronto. Un attaquant de puissance capable de tout faire sur la patinoire (151 points en 247 matchs à ses quatre dernières saisons et +70) incluant créer de l’espace pour ses compagnons de trio. Connor McDavid ou Leon Draisaitl en seront les grands bénéficiaires. Mais pour combien de temps? Hyman a 29 ans, pourra-t-il honorer son contrat de 7 ans? À suivre... 

Pour ce qui est de Foegele et Ryan, ce sont aussi de bons ajouts mais dans une moindre mesure. Ce qui nous conduit vers les autres nouveaux venus, ceux qui me laissent un peu perplexe. Cody Ceci n’a jamais joué avec de grandes équipes mais son différentiel en carrière de -35 n’a rien de très inspirant. Duncan Keith en a-t-il encore dans le réservoir, assez pour aider une défensive comme celle des Oilers?  

Disons que j’ai mes doutes. Donc, beaucoup de choses vont reposer sur Nurse, Barrie et Klefbom. J’ai bien peur que la défensive sera encore le tendon d’Achille de cette équipe. Il en reviendra encore a Mike Smith de palier aux carences défensives. Là aussi, j’ai des doutes même si Smith a répondu à l’appel l’an dernier. Malgré un nouveau contrat de deux ans et sa forme physique légendaire, le gardien aura 40 ans en mars! Quatre autre cerbères lutteront pour le seconder dont le Québécois Olivier Rodrigue. En somme, Dave Tippett a de belles cartes entre les mains, mais pas un jeu aussi parfait que certains le prétendent. Il devra se montrer fin stratège par moments mais devrait pouvoir guider son équipe vers les séries. 

Vegas     

Arrivés: Evgenii Dadonov, Laurent Brossoit, Brett Howden, Nolan Patrick 

Départs: Marc-André Fleury, Ryan Reaves, Cody Glass, Nick Holden, Tomas Nosek   

Séries: 9/10 

À mon humble avis, en date d’aujourd’hui, Vegas n’a pas un aussi bon alignement qu’au printemps dernier et cela n’a rien avoir avec le repêchage d’expansion puisqu’elle en était exemptée. Non, Vegas a perdu en puissance par sa propre faute.

On dit que l’économie d’argent a dicté certaines décisions (Marc-André Fleury, Ryan Reaves) mais les décisions hockey elles, me semblent un peu douteuses. C’est certain que Laurent Brossoit est une économie substantielle par rapport à Marc-André Fleury, mais qu’en est-il pour le pourcentage de victoires et le leadership? N’oublions surtout pas non plus que Fleury est le dernier récipiendaire du trophée Vézina. Comparé Brossoit à Fleury est injuste, mais on peut conclure avec certitude que les Golden Knights sont inférieurs devant le filet qu’ils ne l’étaient au printemps dernier, peu importe qui secondera Robin Lehner.

Parlant de Lehner, il faudra qu’il soit plus convainquant qu’en séries contre les Canadiens pour faire oublier Fleury. Mais heureusement, l’équipe devant lui est solide, certainement la plus équilibrée de la Pacifique. Même si certains voient Evgenii Dadonov sur la pente descendante de sa carrière (il a 32 ans), je crois qu’avec le talent qui l’entoure à Vegas, il sera efficace. 

Cette efficacité vaut-elle 5 millions par saison? Vegas croit que oui, moi je crois non. On aurait pu mieux investir ailleurs que sur un joueur en fin de carrière qui sera seulement bon s’il est bien entouré. Puisqu’on parle ici de Vegas, Nolan Patrick représente un pari très risqué à mes yeux. Depuis qu’il a été repêché 2e au total en 2017, il a accumulé 70 points en 197 matchs. Les blessures ont beaucoup handicapé son développement jusqu’ici et ça me laisse croire qu’il ne deviendra peut-être pas le joueur anticipé. Mais à l’instar de Dadonov, Patrick pourrait grandement bénéficié des nombreux joueurs de talent à Vegas pour se faire valoir. Mais ça demeure un pari. En bout de ligne, Vegas ne m’apparaît pas une meilleure équipe que l’an dernier, mais cette formation est supérieure à toutes les autres équipes de sa section.