Canadiens de Montréal

Bergevin: «On est à la croisée des chemins»

Publié | Mis à jour

 Le dossier Jesperi Kotkanemi étant maintenant chose du passé, les yeux sont maintenant rivés sur le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin.

Le DG du Tricolore écoulera en 2021-2022 la dernière année de son contrat et l’homme de 56 ans n’a toujours pas signé une nouvelle entente; une situation qui pourrait commencer à faire partir la machine à rumeurs.

«D’ici deux semaines, on va en entendre parler beaucoup, a souligné le journaliste de la chaîne TVA Sports Renaud Lavoie, lundi, lors de l’émission La Joute en prolongation sur les ondes de LCN. Je pense qu’on est rendus à un point critique, si tu veux, à la croisée des chemins. 

«On sait qu’une offre de contrat de trois ans a été déposée à Marc Bergevin. Va-t-on s’entendre sur un contrat de quatre ans? Est-ce que ça va être cinq ans? Mon impression est que d’ici le tournoi de golf des Canadiens dans deux semaines, il faut qu’il se passe quelque chose.»

Dans le cas où Bergevin devait quitter à la fin de la saison, lui trouver un remplaçant ne serait pas chose facile, selon le journaliste.

«Soit qu’on ne s’entende pas et Marc Bergevin va rester avec les Canadiens (NDLR : pour la saison 2021-2022), a continué Lavoie. Il a toujours mentionné qu’il terminera la dernière année de son contrat sans aucun problème. Mais d’après moi, il va falloir qu’on ait du nouveau d’ici le tournoi de golf de l’équipe. 

«Tu ne peux pas permettre à Marc Bergevin de faire une dernière année sans un nouveau contrat. Et si tu regardes ce qu’il a fait, honnêtement, au cours des dernières années et encore ce qu’il fait présentement avec l’arrivée de Christian Dvorak. C’est facile de dire qu’on va en prendre un autre. Ah oui?! Lequel et a-t-il toute l’expérience et les connaissances de Marc Bergevin. Ça c’est important.»

Et selon Lavoie, Bergevin ne semble pas être un directeur général sur son départ.

«Je pense que oui, a confié Lavoie après la question de Paul Larcoque en ce sens. Là-dessus, il n’y a aucun doute. Je pense que Marc Bergevin l’a encore démontré aujourd’hui et je te dirais, depuis 48 heures. Si son coeur et sa tête étaient ailleurs, pensez-vous deux secondes qu’il aurait tout fait pour aller chercher un joueur comme Christian Dvorak. 

«Il aurait fait ce que peut-être bien des gens auraient fait en se disant qu’il ne serait pas là l’an prochain, en signant Jesperi Kotkaniemi et en ne pensant pas aux Canadiens de Montréal et à leur avenir. On se dit que d’une manière ou d’une autre, on ne sera pas là. Je pense qu’il a géré encore une fois au cours des dernières heures comme un directeur général qui a à coeur son équipe et qui pense à une chose, à l’avenir. S’il pense à l’avenir, c’est qu’il pense qu’il fait partie de l’avenir.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.