Crédit : AFP

NFL

Bill Belichick revient sur ses propos

Publié | Mis à jour

L’entraineur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Bill Belichick, a assuré lundi que la COVID-19 ne jouait pas de rôle dans ses décisions de gestion de personnel.

Quand les «Pats» ont libéré le quart-arrière Cam Newton, le pilote avait affirmé qu’un «grand nombre» de joueurs vaccinés contre le coronavirus avaient été atteints et que de dire que le vaccin «réglait tous les problèmes» était faux.

Les propos de Belichick ont quelque peu causé une controverse et il a tenu à les clarifier.

«Aucun joueur n’a été libéré ou retenu en raison de son statut vaccinal, a-t-il dit au réseau NFL Network. Mon commentaire sur les vaccins soutient simplement que ce sont des décisions personnelles. En tant qu’équipe, nous serions en meilleure position si tout le monde était vacciné, mais même si c’était le cas, ça ne réglerait pas tous nos problèmes. Comme on a pu voir, plusieurs joueurs, entraîneurs-chefs et adjoints à travers la ligue ont été atteints de la COVID même en ayant été vaccinés.»

Les enjeux reliés à la pandémie actuelle sont toujours présents et les protocoles pour réduire les risques de contamination dans le monde du sport sont très stricts. Aussi, Belichick a affirmé qu’il s’y pliait toujours.

«C’est toujours notre responsabilité de rester vigilants dans notre hygiène quotidienne et dans les prises de décision concernant notre santé et sécurité personnelles, ainsi que celles de l’équipe. Nous continuerons à suivre le protocole de la ligue, mais ça n’a pas d’influence sur nos joueurs libérés.»

La première rencontre de la saison des Patriots est prévue dimanche face aux Dolphins de Miami.