HKN-HKO-SPO-2019-NHL-DRAFT---ROUND-2-7

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

CH: le bulldozer américain prêt à tout casser

Publié | Mis à jour

Imaginez détenir au fond de vous tous les outils pour atteindre les plus hauts sommets de votre profession et y briller. 

Maintenant, imaginez que malgré votre talent unique et votre bonne volonté, un élément hors de votre contrôle vous empêche de démontrer l’entendue de votre savoir-faire à votre supérieur. Vous sentez donc votre progression ralentie/freinée par quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Un vrai cauchemar, n’est-ce pas?        

Cette courte mise en situation a pourtant constitué la réalité de l’espoir des Canadiens Jayden Struble, ces derniers mois. 

Dès l’annonce de son repêchage (2019), l’arrière américain, que le CH avait sélectionné en deuxième ronde (46e au total), a vu plusieurs observateurs lui octroyer le titre honorifique de plus bel espoir défensif du club. Bon gabarit, rapide, robuste à souhait, imaginatif et dynamique en territoire offensif... Le genre de coffre à outils que voudraient détenir bien des défenseurs. 

Mais une persistante blessure à l’aine a considérablement changé les plans de Struble et la perception des gens à son égard. Au fil des mois, la «frénésie Struble», pourtant si importante au départ, s’est dissipée de façon significative. 

À l’aube de sa troisième saison universitaire, le produit de l’Université Northeastern a toutefois des ambitions aussi grandes que le Burj Khalifa et un moral d’acier. Pourquoi? Parce que sa sempiternelle blessure à l’aine, a-t-il appris à l’auteur de ces lignes, est maintenant chose du passé.

«En date d’aujourd’hui, je peux te confirmer que je ne me suis pas senti aussi bien depuis des années. Je suis très excité! Enfin!»       

Le soulagement ressenti par Jayden Struble est totalement compréhensible. Et il est perceptible même au bout du fil. C’est dire à quel point le patineur est gonflé à bloc.

Portrait d’un jeune homme qui revient de loin et qui ne souhaite qu’une chose : briller de tous ses feux.

«C’est probablement le gars le plus intelligent que j’aie rencontré»       

Jayden Struble l’avoue lui-même : il traîne ce pépin à l’aine depuis longtemps. Trop longtemps.

C’est cette blessure qui l’avait tenu à l’écart du camp de développement des Canadiens en juin 2019. C’est également cette blessure qui avait ruiné ses chances (elles étaient très grandes) de participer au Championnat mondial junior de 2020.

Le défenseur, toujours en raison de l’inconfort mentionné plus haut, a aussi dû tirer un trait sur la fin de sa saison 2019-2020 (une absence de 13 matchs – le calendrier en compte 34) avec les Huskies de l’Université Northeastern. 

Puis, comme si ce n’était pas assez, Struble a disputé la dernière campagne en douleur, à nouveau incommodé par, vous l’aurez deviné, cette satanée aine.

Jayden Struble
Crédit photo : Photo Courtoisie

Pour le commun des mortels, une blessure touchant cette portion du corps, qui relie le haut de la cuisse et le bas-ventre, peut paraître banale. Mais pour un joueur de hockey, c’est probablement l’un des pires maux possibles. Chaque coup de patin engendre une douleur vive, voire insupportable. 

C’est donc malgré un désagrément très prononcé que l’espoir du CH a jusqu’ici compilé une fiche de 22 points en 39 matchs dans la NCAA. Impressionnant, il faut le concéder. 

Mais comme on le disait précédemment, l’époque où Struble devait jouer en dépit d’une aine affligée est maintenant révolue. Hallelujah!

«J'ai appris que c'était un problème au tendon. Il était très mal en point. Mais les nouvelles sont maintenant très bonnes! Je me suis rendu en Floride il y a quelques semaines pour rencontrer un nouveau médecin. J’ai alors obtenu un nouveau diagnostic. Le médecin qui m’a reçu a honnêtement été formidable. C’est probablement le gars le plus intelligent que j’aie rencontré. Il m’a fourni un nouveau plan très détaillé et m’a référé à un spécialiste qui m’a aidé en me suggérant lui aussi plusieurs exercices de renforcement. Je me sens comme neuf!»

Que c'est bon à entendre...

Prêt à survoler la NCAA        

Assez parlé du passé. Parlons maintenant du présent. 

Jayden Struble, un jeune adulte très dégourdi, ne craint pas la pression. En fait, il s’en nourri. Et il est quelqu’un d’extrêmement confiant. Vous ne serez donc pas surpris de constater que ses objectifs personnels, en vue de la saison à venir, sont immenses.

«J’ai souvent été incommodé par les blessures ces dernières années, mais mon talent, lui, n’a jamais disparu. La différence est que cette année, vous allez comprendre à quoi ressemble un Jayden Struble en pleine forme. 

«Je veux avoir un gros impact. Cette fois, j’entame le calendrier sans douleur et avec deux saisons universitaires à mon actif. Je sais à quoi m’attendre de la ligue et je veux être dominant. Je veux qu’on me remarque sur la glace. Offensivement, je souhaite démontrer à tout le monde que je peux apporter beaucoup. Bien sûr, attendez-vous aussi à une présence physique très importante de ma part.»

Parlant de présence physique, lorsqu’on lui demande s’il préfère marquer un but ou distribuer une solide mise en échec, le moment qui s’en suit est carrément tordant. 

Le colosse de 6 pieds et 205 livres, notamment réputé pour son aisance à sortir ses rivaux du jeu, hésite pendant environ 30 secondes. Puis, il éclate de rire.

«Veux-tu une réponse honnête, ou...? Pour l’adrénaline que ça amène, je choisis assurément la mise en échec (rires)! Appliquer un bon contact et faire réagir tes coéquipiers et la foule, c’est un sentiment incomparable.»

Adeptes de statistiques offensives, vous ne serez pas laissés pour compte, affirme Struble. Il s’empresse d’enchaîner. 

«Cela dit, je souhaite vraiment marquer ma part de buts cette année. Je sais que j’en suis capable et je vais mettre beaucoup d’énergie sur mon jeu offensif. Ma récolte de buts des dernières saisons est loin d’être à la hauteur de ce que je peux vraiment apporter. J’ai beaucoup travaillé sur mon tir cet été. Bien hâte de mettre tout ça en pratique!»

Le défenseur a marqué trois buts à sa première saison dans la NCAA, puis deux l’an dernier. Combien souhaite-t-il en inscrire cette année?

«Je ne sais pas si je veux dévoiler mon objectif. Le nombre est très, très élevé. Mais je crois en mes capacités. Je regarde les chances que j’ai eues l’an dernier, je jumèle ça au travail que j’ai fait cet été et j’en arrive à un seul constat : mon impact en zone adverse sera très grand la saison prochaine.»

L’intensité dans les veines... depuis toujours        

Vous avez probablement compris, à ce stade-ci de votre lecture, que Jayden Struble ne déteste pas attirer l’attention et se faire remarquer. C’est comme ça sur et hors glace. Et c'est très rafraîchissant. 

Il a en lui une énergie débordante, une intensité corrosive. Depuis toujours. 

«Je suis comme ça depuis que je suis tout petit! Sur la glace, j’ai toujours été l’enfant le plus agressif sur la rondelle. J’ai aussi toujours voulu être celui qui génère quelque chose en attaque en me montrant téméraire.»

Depuis quelques années, Struble a découvert un passe-temps, devenu une passion, qui lui permet d’abord de canaliser cette vitalité, mais aussi d’être à son meilleur sur la patinoire : la musculation. 

En fait, l’amour de Struble pour l’entraînement en salle n’est plus un secret pour personne. 

Lors du «Combine» de 2019, à Buffalo, le jeune homme a pulvérisé la compétition, se classant au premier rang dans cinq des 18 tests. Tous ont alors compris que Struble... était différent des autres.

Quelques minutes après l’avoir repêché, le directeur général des Canadiens, Marc Bergevin, qui ne laisse pourtant pas sa place en terme de physique imposant, avait d’ailleurs qualifié l’Américain de «Dieu grec». Rien de moins! 

Le principal intéressé, bien au fait des commentaires qui circulent concernant sa forme physique, confie que l’entraînement dépasse le strict cadre sportif. C’est devenu, au fil des années, un véritable mode de vie. 

«Pour certains, se lever le matin pour se présenter au gymnase est difficile. Pour moi, c’est un besoin. Un mode de vie. J’ai besoin de m’entraîner pour me sentir bien. Bien sûr, c’est tellement valorisant de voir les résultats de tes efforts une fois sur la patinoire. Mais au-delà de tout ça, je suis juste quelqu’un de discipliné. Je veux prendre soin de mon corps et me pousser au maximum. Ultimement, c’est un plus pour moi en tant qu’humain, mais aussi en tant qu’athlète.

«Chaque semaine, j’éclipse ma marque de la semaine précédente et j’ajoute davantage de poids lors de mes exercices. Je me sens en superbe forme actuellement et ça ne fait que commencer! Je joue de façon dure, et tout le monde, dont mes entraîneurs et mes coéquipiers, s’attend à ce que je sois le plus fort et le plus méchant sur la glace. Mon corps doit être préparé en conséquence.»

«J’aurai l’impact que je veux dans la LNH!»        

Tel que mentionné en début de billet, Jayden Struble a, pendant quelques mois, été classé par plusieurs au sommet de la liste des espoirs du CH à la ligne bleue. 

Mais sa blessure à l’aine et la sélection ainsi que l’émergence de plusieurs autres arrières gauchers (tout comme l'est Struble) ont quelque peu compliqué les choses. 

À l’heure actuelle, parmi les espoirs montréalais, Jordan Harris, Mattias Norlinder et Kaiden Guhle sont tous des défenseurs tirant de la gauche. Et ils peuvent tous les trois espérer de façon légitime une belle carrière dans la LNH. 

Inévitablement, cela représente un obstacle de plus aux ambitions professionnelles de Struble. Mais il ne semble pas s’en formaliser outre mesure. Bien au contraire! 

«C’est vrai qu’il y a beaucoup de talent chez les jeunes arrières appartenant à l’équipe. Mais vous n’avez encore rien vu en ce qui concerne mon plein potentiel. En fait, j’aurai l’impact que je veux dans la LNH! Je sais que j’ai tout en main pour contrôler ma destinée. Il n’y a aucune limite à ce que je pourrai apporter.»

Voilà qui a le mérite d’être clair. 

Crédit photo : Photo d'archives, AFP

Tout juste avant que l’entretien ne se termine, le sympathique athlète souhaite prendre un moment pour s’adresser directement aux partisans des Canadiens.

«Je sais que j’ai souvent été blessé ces dernières années. Mais Jayden Struble est de retour et est affamé. J’ai travaillé fort pour vous prouver ma véritable valeur. J’ai hâte que la saison débute. Merci à vous pour le support depuis l’annonce de mon repêchage. Vous êtes clairement les meilleurs de la LNH. À bientôt!»

Jayden Struble en pleine forme, sans blessure à l’aine et désireux de tout casser. Un mélange d’éléments qui pourrait très rapidement devenir explosif et... payant pour le CH!