Crédit : AFP

LNH

Le nouveau départ de Loui Eriksson

Publié | Mis à jour

L’attaquant Loui Eriksson est bien heureux de ne plus être un membre des Canucks de Vancouver et compte bien saisir la nouvelle opportunité qui se présente à lui chez les Coyotes de l’Arizona.

En juillet dernier, le Suédois et son imposant contrat ont été échangés aux «Yotes» en compagnie de Jay Beagle, Antoine Roussel et plusieurs choix de repêchage. 

«Ça va être super plaisant. Une nouvelle équipe, un nouvel entraîneur et de nouveaux joueurs. C’est l’équivalent d’un nouveau départ», a dit Eriksson dans un entretien avec le site web suédois rakapuckar.com, qui a été traduit par le Daily Hive.

Le patineur est revenu sur les années difficiles qu’il a vécues chez les Canucks. À l’été 2016, Eriksson a paraphé une lucrative entente de six ans d’une valeur de 36 millions $ comme joueur autonome. Il venait de réussir une saison de 30 buts dans l’uniforme des Bruins de Boston. Avec le club de la Colombie-Britannique, l’ailier a amassé 36 buts... sur cinq campagnes.

À sa première saison à Vancouver, Eriksson a passé 18 min 41 s en moyenne sur la glace par partie. L’an dernier, sa moyenne de temps de jeu était de 9:35 et il a été limité à seulement sept rencontres.

Eriksson aurait pu choisir de prendre sa retraite quand les Canucks lui ont fait comprendre qu’il n’était plus dans les plans de l’équipe. Cela n’a toutefois pas effleuré l’esprit du hockeyeur.

«Je n’ai jamais voulu abandonner et les Canucks le savaient, a-t-il déclaré. Je pouvais juste me présenter à l’aréna, être de bonne humeur et m’entraîner tous les jours. C’est ce qu’il en était.»

«Cela faisait longtemps que je voulais m’en aller, a poursuivi Eriksson. Il n’y a rien à redire, mais comme mon contrat était si imposant, c’était difficile. Ça aurait été plaisant d’être échangé il y a quelques années.»