Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Football universitaire RSEQ

McGill est à prendre au sérieux

Jean Carrier

Publié | Mis à jour

Ça fait maintenant près de 20 ans que les Redbirds n’ont pas battus l’Université Laval sur le terrain avec la dernière victoire de la formation montréalaise qui remonte au 27 octobre 2001. Même si la situation n’a pas changé avec le match d’ouverture de la saison 2021, l’entraîneur-chef Ronald Hilaire était très satisfait de l’effort de sa troupe.

«Je pense qu’on a montré avec ce match qu’on veut compétitionner à un autre niveau cette saison. On va être dans les matchs au quatrième quart contre n’importe quelle formation. On était à un cheveu près de sortir avec la victoire aujourd’hui, il reste seulement à exécuter pour finir.»

Absence coûteuse

Les Redbirds ont montré à tous que sa défensive serait solide cette année. Le pilote montréalais était content de la performance de son groupe expérimenté après avoir concédé qu’un placement au Rouge et Or en première demie.

«On a été solide pendant la grande majorité de la rencontre, même si on a eu une certaine absence au troisième quart. Il faut donner du crédit à Laval qui nous a surpris avec un tempo rapide en sortant de la demie. Il y a eu la longue course qui a fait mal, c’était simplement une erreur de notre part.»

La formation a su rebondir par la suite au grand plaisir de son entraîneur.

«Tout le monde est resté calme. Il n’y avait pas de panique sur le banc. J’ai vraiment aimé comment on est revenu dans le match par la suite.»

Recrue explosive

Il n’y a pas seulement le Rouge et Or qui possède un receveur recrue d’exception. Darius Simmons en a fait voir de toutes les couleurs à la tertiaire du Rouge et Or. Le produit des Islanders de John Abbott a terminé la rencontre avec sept attrapés pour 139 verges.

«Je suis monsieur 50-50. S’il y a un ballon contesté, je vais aller le chercher. Je n’arrête pas de le dire à nos pivots. Je suis quand même satisfait de mon match même s’il y a des petites choses à corriger»,

Le dynamique receveur était également très heureux de revoir la foule et de pouvoir disputer son premier match universitaire.

«Il y a eu beaucoup de sacrifices et la pause de 18 mois a été très longue. C’est de loin la plus belle journée depuis un mois. Ça fait vraiment du bien.»

Simmons a terminé l’entrevue avec un commentaire qui fera réagir plusieurs partisans du RSEQ lorsque questionné à savoir si c’est le genre de performance qu’il faut s’attendre de McGill face à une puissance du circuit comme Laval.

«McGill est la puissance cette année. C’est tout ce que je vais dire là-dessus.»