Crédit : PHOTO DIDIER DEBUSSCHÈRE

Football universitaire RSEQ

Retour triomphal du football à Québec

Jean Carrier

Publié | Mis à jour

Le Rouge et Or a bien commencé son retour sur le terrain avec une victoire serrée de 17 à 11 aux dépens des Redbirds de McGill, qui ont vendu chèrement leur peau devant une salle comble de 6500 spectateurs au Stade Telus.

Après 659 jours d’attente, les joueurs étaient heureux de retrouver l’ambiance d’un match à domicile même si des ajustements devront venir selon l’entraîneur-chef Glen Constantin. 

«Quand on regarde les difficultés qu’ils ont eues à Sherbrooke hier, on est très heureux d’avoir pu jouer ce match-là. On est aussi très content de la victoire. On était quand même rouillé et il y avait du jeu brouillon, ce n’était pas le plus beau spectacle de football.»

Cela a été spécialement le cas en première demie où les deux défensives ont joué solidement. Les Redbirds de McGill ont accordé un peu plus de verges à leurs adversaires, mais ils ont fermé la porte à l’approche de la zone des buts. Les visiteurs sont retraités au vestiaire avec une mince avance de 4 à 3.

Le début d’un tandem 

Le Rouge et Or a semblé apporter quelques ajustements à la demie et l’offensive a commencé le troisième quart avec un tempo beaucoup plus rapide. Une stratégie qui a semblé surprendre l’équipe montréalaise et Thomas Bolduc en a profité pour rejoindre Kevin Mital sur six verges avec un tracé en coin pour reprendre les devants 10-4.

«Il est vraiment bon et il est intelligent sur le terrain. Il sait comment trouver les espaces libres. Pour notre unité offensive, on a donné une bonne performance. Il faut seulement finir nos possessions, mais il y a plusieurs correctifs à apporter. Ce n’est que la première semaine et c’est toujours plus long bâtir en attaque», raconte le quart-arrière partant, Thomas Bolduc.

Le gros receveur lavallois était simplement heureux de chasser la nervosité et de retrouver le terrain.

«C’est certain qu’il y avait de la nervosité, ça fait deux ans qu’on n’avait pas joué. Sur ma passe de touché, je savais que j’avais battu mon joueur et je n’avais même pas encore tourné la tête que le ballon était dans les airs. Thomas savait ce qui s’en venait», précise Mital en ajoutant qu’il veut continuer de bâtir une bonne chimie avec son quart-arrière.

Un gros jeu 

C’est avec un plus de deux minutes à faire au troisième quart que l’attaque du Rouge et Or a inscrit le touché victorieux. Sur un jeu de course banal, Luca Perrier a vu une immense brèche s’ouvrir devant lui et le porteur de ballon a détalé sur 72 verges pour porter l’avance lavalloise à 17-4.

«Ma ligne à l’attaque a vraiment bien bloqué sur le jeu. J’avais beaucoup de jus, mais il ne m’en restait pas mal moins après la course. La glace est brisée et il reste maintenant à progresser chaque semaine», mentionne celui qui a terminé avec 105 verges de gain.

Trop peu trop tard 

Les visiteurs ont montré beaucoup de caractère en revenant de l’arrière. Dimitrios Sinodinos a marqué le seul touché des Redbirds sur une course de deux verges au début du dernier quart pour resserrer l’avance du Rouge et Or à six points.

McGill a même eu la chance de gagner la rencontre avec une dernière possession offensive avec deux minutes à jouer à la rencontre, mais la défensive de Marc Fortier a stoppé McGill sur un troisième essai crucial en milieu de terrain.

L’attaque lavalloise a été en mesure d’écouler les dernières secondes pour sceller l’issue de la rencontre.

La prochaine rencontre du Rouge et Or est samedi le 9 septembre à 14h face aux Stingers à Concordia.

DU PLAISIR MODÉRÉ 

Stéphane Côté est bien placé pour évoluer l’ambiance au stade Telus. Il est un farouche partisan du Rouge et Or depuis la création du club. Détenteur de billets de saison depuis huit ans, il est très heureux de revoir la formation lavalloise en action.

«Ça fait quelque chose à faire! Je suis très heureux que le football soit de retour à Québec», mentionne-t-il simplement.

L’absence du célèbre tailgate du Rouge et Or est assurément remarquée pour cet amateur de football de longue date.

«Ça demeure une grosse partie de l’expérience de venir voir un match de football à Québec qui disparait. J’étais habitué à me lever à cinq heures du matin pour commencer les célébrations. C’est certain qu’il y a moins d’amis qui viennent au match pour cette raison.»

Ce mordu du ballon ovale ne trouvait pas les exigences demandées aux partisans trop sévères.

«Si c’est ce qu’il faut faire pour voir du football, il n’y a pas de problème. Malheureusement, ma famille avait d’autres obligations aujourd’hui, mais je vais faire beaucoup de bruit quand même», termine Côté en avouant qu’il est plus bruyant quand les Carabins sont les visiteurs du stade Telus.

Foule bruyante 

Les joueurs du Rouge et Or ont mentionné que la foule de 6500 spectateurs avait fait beaucoup de bruit lors de la rencontre et que la foule sonnait comme s’il y avait plusieurs milliers de personnes additionnels.

La santé publique était également présente sur les lieux pour veiller au bon fonctionnement de la rencontre et aucun incident notable n’a été signalé.