AUTO-PRIX-F1-FRA

Crédit : AFP

F1

Les vacances sont terminées en Formule 1

Louis Butcher

Publié | Mis à jour

Après une pause obligée d’un mois, le cirque de la Formule 1 reprend ses droits en fin de semaine à l’occasion du Grand Prix de Belgique qui sera disputé dimanche.

Si les vacances ont été une belle occasion pour refaire le plein, elle signifie aussi le retour à la dure réalité. 

Cette escale, qui a lieu dans un tracé que l’on surnomme le «toboggan des Ardennes», donne en effet le coup d’envoi de trois courses en trois semaines pour la discipline-reine du sport automobile. Les Grands Prix des Pays-Bas (5 septembre) et d’Italie (12 septembre) figurent ensuite au calendrier respectivement.

Le plus beau circuit

Pour célébrer cette rentrée, on ne peut demander mieux : le majestueux circuit de Spa-Francorchamps est considéré par plusieurs comme l’un des plus historiques en F1, mais aussi comme le plus beau.

Ce tracé aux sections à haute vitesse et ses dénivelés inédits nous fait oublier les nouveaux complexes modernes sans âme et qui laissent peu de place au spectacle.

Lutte au sommet

Cette 12e étape va relancer la lutte intense que se livrent Lewis Hamilton et Max Verstappen pour la course au titre.

Le Britannique a inscrit quatre victoires en Belgique depuis le début de sa fructueuse aventure en F1, dont l’une l’année passée, contre aucune pour le Néerlandais. Ce dernier pourra toutefois compter sur l’appui de ses fans qui se déplacent en grand nombre dans le pays voisin pour venir encourager leur pilote favori.

Que cinq points

Après un départ canon qui lui a permis de prendre la tête du championnat après sa victoire à Monaco, Verstappen a vu son grand rival remettre les pendules à l’heure, non sans controverse, après le Grand Prix d’Angleterre.

Au cours des deux dernières épreuves, Hamilton, à bord de sa Mercedes, a récolté 45 points soit 40 de plus que Verstappen. Le septuple champion du monde détient une avance de huit points aux dépens du pilote de l’écurie Red Bull.

Racine belge pour Stroll

«Tout peut arriver à Spa, raconte Lance Stroll à la veille des premiers essais. C’est l’une de mes courses préférées.»

Le pilote québécois est toujours fébrile à l’idée de courir en Belgique, un pays dont sa mère, Claire-Anne Callens, est originaire. Toutefois, une lourde tâche attend Stroll puisqu’il a écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille de départ pour avoir joué aux autos tamponneuses en Hongrie.

En quatre participations à Spa-Francorchamps, Stroll a inscrit son meilleur résultat en 2020 quand il a rallié l’arrivée au neuvième rang.