Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Sports divers

Charles Hamelin: «il n’en reste pas beaucoup, mais...»

Publié | Mis à jour

Le vétéran Charles Hamelin aurait bien voulu que sa fille Violette, 16 mois, puisse le voir patiner à l’aréna Maurice-Richard, entre les 21 et 29 août, lors des Championnats canadiens de patinage de vitesse courte piste. Ce sera pour la prochaine fois, du moins, il l’espère.

«C’est sûr que si tu parles à Charles, le papa, il voudrait que sa fille le voie patiner, mais ce sera pour une autre fois, a-t-il brièvement commenté, avec l’eau qui monte aux yeux. Il n’en reste pas beaucoup, mais on va s’arranger pour que ça arrive.»

À l’origine, il devait y avoir 250 spectateurs admis dans l’enceinte montréalaise, tel qu’approuvé par la Santé publique. Or, des travaux au système de ventilation de l’aréna Maurice-Richard viennent empêcher la présence de personnes dans les gradins, a statué la Ville de Montréal.

À 37 ans, Hamelin n’a pas d’énergie à gaspiller pour alimenter davantage ce débat. Il préfère se concentrer sur la tâche à accomplir afin d’atteindre son prochain objectif: participer à ses cinquièmes Jeux olympiques, en février 2022, à Pékin.

«Ma "job", c’est sur la glace que ça se passe. Je veux courser et me qualifier pour les Jeux», a tranché celui qui compte déjà cinq médailles olympiques, dont trois d’or.

Ces Championnats canadiens représentent une étape importante sur la route devant le mener en Chine dans à peine six mois.

Une citation d’Andre De Grasse

En guise d’inspiration, Hamelin avoue avoir pratiquement tout regardé des récents Jeux olympiques d’été.

«Quand les athlètes livrent leur performance, je deviens émotif, je braille, je peux être content pour eux autres, autant sinon plus que si c’est moi qui gagne, a-t-il mentionné. Il y a eu Andre De Grasse, que j’ai déjà rencontré à quelques reprises, et je l’admire beaucoup. Le fait qu’il ait obtenu d’aussi bons résultats aux Jeux, ça prouve que c’est l’un des grands de ce sport-là.»

Le patineur de vitesse retient par ailleurs une phrase prononcée par le célèbre sprinteur pendant les Jeux de Tokyo: «ne laisse jamais le succès te monter à la tête et ne laisse jamais tes mauvais résultats atteindre ton coeur».

Pour Hamelin, cette citation veut dire beaucoup.

Concernant les Championnats canadiens, qui prendront leur envol samedi, Hamelin a confiance de terminer dans le top 4. Cela lui permettrait de se qualifier par la grande porte pour les prochaines Coupes du monde.

«Je n’ai jamais rien pris pour acquis et ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer à le faire, a-t-il noté. Je devrai faire des courses intelligentes et amasser des gros points quand c’est possible. La constance est de mise dans une compétition comme celle-là.»

Gérer son énergie

L’athlète originaire de Sainte-Julie entend prouver une fois de plus qu’il fait partie des meilleurs, malgré les cheveux gris qui commencent à pousser sous son casque.

«Avec le résultat que j’ai obtenu l’an dernier au Championnat du monde, je crois que les gens ont pris conscience que malgré mon âge, malgré que ça fait longtemps que je suis là, malgré que je suis rendu papa, je suis encore en forme, car j’ai fait les bons choix au bon moment», a affirmé celui ayant terminé en sixième place au cumulatif lors des derniers Mondiaux, en mars, remportant au passage la médaille d’or au 1500 mètres.

«Il faut utiliser son énergie au moment opportun, a avancé Hamelin, à propos du format des Championnats canadiens. C’est quand même sur neuf jours cette compétition-là, on parle de trois fois chaque distance [500, 1000 et 1500 m] sur cinq jours de compétition. Il faut être concentré au quotidien, même lors des journées où il n’y a pas de course, il faut penser à ce que tu dois faire en arrivant à la maison, t’assurer de te reposer.»

À la maison, la petite Violette pourra contribuer à sa façon en étant sage et en dormant bien la nuit. Ainsi, elle augmentera ses chances de voir son père, sur deux lames, aux prochains Jeux olympiques.

- Les Championnats canadiens de patinage de vitesse courte piste sont prévus les 21, 22, 25, 28 et 29 août à l’aréna Maurice-Richard, à Montréal.