Valérie Limoges

Crédit : courtoisie Paolo Pedicelli

Course Automobile

Coupe Nissan Sentra: «Je veux toujours gagner à Trois-Rivières»

Publié | Mis à jour

Valérie Limoges a marqué l’histoire du Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R) dimanche en devenant la toute première femme à remporter deux victoires au GP3R.

La résidente de Longueuil a toutefois trimé dur pour accéder à la plus haute marche du podium en Coupe Nissan Sentra puisque, derrière elle, Jesse Lazare ne lui a laissé aucun répit pendant les derniers tours de la course. Alexandre Fortin s’est classé troisième.

«Le GP3R est un événement important pour moi, s’est exclamée Limoges, toute souriante. Je veux toujours gagner à Trois-Rivières.» Ce qu’elle vient de réaliser pour la deuxième année consécutive.

Série abordable

Limoges est la première à reconnaître que la course automobile est un monde d’hommes et... d’argent.

«Honnêtement, je commence à m’habituer à devancer des hommes et c’est très motivant. Le peloton est relevé et ça me pousse à me surpasser. Quant à l’argent, je pense que, sans la Coupe Nissan Sentra [une série abordable], je n’aurais probablement pas pu poursuivre ma carrière de pilote.»

Lazare, l’un des ténors de la compétition, s’est fait élogieux envers sa rivale. «J’ai souhaité une erreur de sa part, mais elle n’est pas venue, a-t-il avoué. Cette victoire, elle l’a méritée.»

La Suissesse Simona De Silvestro avait été la pionnière à Trois-Rivières quand elle avait dominé l’épreuve de Formule Atlantique en 2009. Dix ans plus tard, Limoges signait, cette fois en coupe Nissan Micra, le premier de ses deux gains. Rappelons que le GP3R a été annulé l’an dernier en raison de la pandémie.

À Trois-Rivières et nulle part ailleurs

Michel Barrette a-t-il disputé dimanche sa dernière course en Coupe Nissan? L’humoriste avoue qu’il ne retrouvera le volant de sa Micra qu’à un seul endroit dans le futur.

«Ce sera à Trois-Rivières, si on m’y invite, et nulle part ailleurs, explique-t-il. La relève dans cette série est assurée par mes deux fils Martin et Nicolas. Je vais avoir 65 ans l’an prochain, et je veux maintenant courir dans les classes Vintage au volant de ma Porsche 944.

«Puis, je réalise de plus que je suis plus un gars de propulsion [roues arrière motrices] que de traction».

L’un des fils de Barrette, Nicolas, s’est classé deuxième dans la catégorie des Micra alors que son frère Martin a rallié l’arrivée au 4e rang. Le paternel, lui, s’est pointé à la 14e position. André Lapointe est monté sur la plus haute marche du podium.

Victoire et titre pour Bédard

Olivier Bédard gagne partout où il passe sur le circuit urbain de Trois-Rivières.

Le pilote de Terrebonne a non seulement remporté la dernière épreuve du week-end au Super Production Challenge, mais il s’est aussi assuré du titre même si deux étapes figurent encore au calendrier, les 28 et 29 août, au circuit ICAR de Mirabel.

«La fin de semaine se termine bien pour nous après avoir connu des ennuis mécaniques lors de la course de samedi», a indiqué Bédard. Ce dernier avait gagné la première épreuve au GP3R, disputée en soirée vendredi.

Bédard a accédé au podium pour la 16e fois au GP3R, une récolte qu’il a réussie dans trois séries différentes, soit le Super Production Challenge, la F1600 et la Coupe Nissan Micra.

Il a d’ailleurs été couronné champion à trois reprises (2015, 2017 et 2018) dans cette dernière série.

Week-end parfait pour Gilkes

Nick Gilkes a couronné un week-end parfait au GP3R quand il a signé un troisième gain en trois jours en F1600.

Le pilote ontarien, âgé de 16 ans à peine, a démontré, une nouvelle fois, qu’il avait un coup de volant hors du commun entre les murs du circuit piégeux de Trois-Rivières.

Jean-Christophe Parent et Didier Schraenen ont accompagné le jeune prodige sur le podium. Jacob Moreau et Marc-Antoine Cardin ont suivi dans l’ordre.

Un spectateur intéressé

François Dumontier était un spectateur intéressé samedi au GP3R dans son rôle de président de l’Autorité sportive nationale et représentant de la Fédération internationale de l’automobile au pays.

Le promoteur du Grand Prix du Canada promet que Montréal ne sera pas privée de sa course de F1 pour une troisième année consécutive l’an prochain.