Course Automobile

Bellemare survit à l’hécatombe

Publié | Mis à jour

Des bousculades, des discussions particulièrement musclées, mais surtout un spectacle de qualité. Il n’en a pas fallu plus pour que les spectateurs découvrent une nouvelle série de courses automobiles qu’ils souhaitent revoir au Grand Prix de Trois-Rivières l’an prochain.

À ce jeu particulièrement animé et où tous les coups étaient pratiquement permis, le Trifluvien François Bellemare a survécu à l’hécatombe pour remporter dimanche la première édition du Défi Urbain Chevrolet.

Ces bolides habitués à rouler sur les circuits ovales de terre battue et surtout pas conçus pour tourner à droite ont tenu en haleine les amateurs qui ne regretteront pas d’avoir retardé leur heure de souper.

Une belle vitrine

Yan Bussière et Andrew Ranger, dans l’ordre, ont accompagné le vainqueur sur le podium.

Sébastien Gougeon, Donovan Lussier, Mario Clair, Jean-François Tessier, Daniel Demers, Gabriel Pépin-Phaneuf et Raphaël Lessard ont complété le tableau des dix premiers à l’arrivée.

«Moi-même, je constate que les gens de Trois-Rivières ne sont pas habitués à la terre battue, alors je suis content d’en avoir fait une démonstration et surtout de l’avoir gagnée», s’est exclamé le vainqueur qui a renoué avec le circuit urbain de Trois-Rivières après 11 ans d’absence, lui qui avait participé alors à l’épreuve de la série NASCAR Canadian Tire.

Cette course, indéniablement, a représenté une belle vitrine pour une discipline qui mérite d’être connue.

Camirand piégé d’entrée

Le premier virage, l’un des rares du circuit de Trois-Rivières exigeant un coup de volant vers la droite, était particulièrement redouté des 27 engagés surtout après signal du départ.

Ces préoccupations se sont avérées fondées puisque l’épreuve a été interrompue d’entrée quand Marc-Antoine Camirand et Andrew Ranger, qui s’élançaient de la position de tête et du troisième rang sur la grille de départ respectivement, se sont accrochés.

La course de Camirand n’a duré qu’un seul virage et ce dernier en voulait à son adversaire.

«Ce genre d’incident ne devrait pas arriver, surtout pas en début de course, a expliqué le pilote de Saint-Léonard-d’Aston. Je voulais prendre un départ lent. Connaissant Andrew, qui était derrière, je ne voulais pas qu’il maintienne un écart entre nous deux pour qu’il me surprenne au premier virage.

«On est arrivés à la courbe numéro un et il a carrément freiné sur moi. Déjà que ces voitures ne sont pas faites pour tourner à droite facilement. Tu dois freiner d’avance pour négocier la courbe sans difficulté.

«J’ai été déporté vers le mur. Ça n’a pas frappé trop fort. Mais une roue à l’avant a été endommagée. Il n’y avait plus rien à faire.»

Brillante remontée

Ranger, lui, était désolé d’avoir causé la perte d’un rival qu’il considère comme un ami.

«J’ai tellement de respect pour lui, a dit Ranger. Je veux revoir la reprise vidéo avant de porter un jugement clair. Il m’a tellement surpris en freinant si tôt. Je ne m’y attendais pas. Mais jamais, j’ai voulu le... sortir.»

Un peu après l’incident, Ranger a commis un tout-droit et s’est retrouvé en queue de peloton. Sa troisième place inespérée a couronné une brillante remontée pour celui qui, comme Camirand, est considéré comme l’un des favoris dimanche pour l’épreuve-phare du GP3R, la série NASCAR Pinty’s.

Parlant de favoris, plusieurs d’entre eux, dont les frères François et Steve Bernier ont été contraints à des abandons hâtifs au Défi Urbain Chevrolet. David Hébert (15e) et Ron Fellows (20e) auraient aussi mérité un meilleur sort.