Crédit : PHOTO COURTOISIE/FORMULE E

Formule E

FE : Lucas di Grassi a forcé la FIA à changer le règlement

Publié | Mis à jour

Secouée par une manœuvre de Lucas di Grassi et de son écurie Audi, qui ont tenté de remporter la deuxième course de l’ePrix de Londres en profitant d’une brèche au règlement, la Formule E s’est assurée que ce genre de situation ne se reproduira plus.

Pendant que la voiture de sécurité était sur la piste pour procéder au retrait de la monoplace accidentée d’Antonio Felix da Costa, di Grassi a décidé de passer par les puits. Ce petit détour lui a permis de rouler plus vite que le peloton et de passer de la huitième à la première place dans la hiérarchie.

Or, si les arrêts sont permis en tout temps, il est nécessaire d’immobiliser complètement sa voiture, ce que di Grassi n’a pas fait. Les données télémétriques ont démontré que les roues de la monoplace n’ont jamais totalement arrêté de rouler devant les garages d’Audi. Il a ainsi écopé d’une pénalité d’arrêt au puits qu’il n’a pas servie. Il a conséquemment été disqualifié.

Si di Grassi a été sanctionné, c’est toutefois en raison d’une mauvaise exécution. En effet, un arrêt complet ne lui aurait coûté que quelques dixièmes de seconde supplémentaires, et il aurait, dans le désarroi général, gagné la course.

Dans une série où la parité est si grande, chaque équipe tente de gagner quelques centimètres en interprétant de diverses façons le règlement. Dans cette optique, le pilote allemand n’en veut pas à son équipe.

«Tout était conforme aux règles du championnat, s’était d’ailleurs défendu di Grassi sur Twitter, peu après la course. C'était une décision audacieuse et risquée, mais j’appuyais pleinement mon équipe lorsque la décision a été prise.»

Moins flexible

Cette situation, qui a bien entendu teinté l’ePrix de Londres, n’a pas fait plaisir à la Fédération internationale de l’automobile (FIA), responsable de l’élaboration et de l’application du règlement.

Le directeur de la FE au sein de la FIA, Frédéric Bertrand, avait indiqué après la course que le règlement avait été concocté pour permettre à la série d’être spéciale et de donner de la flexibilité aux équipes. Mais dans certains cas, comme celui-ci, les résultats peuvent être peu concluants.

«Dans de nombreux cas, ce que nous voyons, c'est que les dénouements comme [celui-ci] sont le résultat de nombreuses choses discutées, analysées et, dans de nombreux cas, affinées pour rendre les gens heureux», avait expliqué Bertrand, tout en ajoutant que le tout allait être ajusté.

Ainsi, selon le site The Race, le règlement sera amendé dès cette fin de semaine, pour la finale de la saison à Berlin. La ligne des puits sera fermée tant que tout le peloton ne sera pas regroupé derrière la voiture de sécurité et que la dernière monoplace n’aura pas dépassé la deuxième ligne de la voiture de sécurité.

Les pilotes ne pourront plus, de cette façon, profiter du ralentissement de la voiture de sécurité, dont le rôle demeure, avant tout, de regrouper les monoplaces pour permettre aux commissaires de piste de travailler.

-TVA Sports diffusera les deux épreuves de Berlin, samedi et dimanche.