Crédit : Photo d'archives, AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

Les Alouettes ont comblé deux lacunes

Publié | Mis à jour

Depuis un mois, le directeur général des Alouettes de Montréal, Danny Maciocia, a un large sourire derrière son masque sur le terrain. Pour lui, c’est Noël tous les jours.

Il savoure les fruits de son travail acharné des deux dernières années. Entrevue avec l’homme de football des Alouettes à quelques jours du début de la saison 2021.

Tout d’abord, Maciocia a fixé un objectif de base à ses entraîneurs et à ses joueurs au début du camp d’entraînement. S’il est atteint, les amateurs montréalais pourraient avoir un bel automne.

«On veut être compétitifs chaque fin de semaine, a expliqué Danny Maciocia lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal. Durant le camp d’entraînement, on a créé des périodes et des séances où l’intensité était élevée entre nous. 

«On veut que nos joueurs se défient sur une base quotidienne. À chaque réunion. À chaque entraînement. À chaque match. Si on compétitionne, on va se donner une chance de gagner. De plus, on veut s’améliorer au fil des semaines.

«En adoptant cette approche, on veut être en mesure de jouer notre meilleur football dans la deuxième moitié de saison et durant les éliminatoires.

Lors de son embauche en janvier 2020, Maciocia avait été clair sur les lacunes qu’il voulait corriger au sein de son équipe.

Il voulait notamment embaucher plus de Québécois au sein de sa formation afin d’amener le talent canadien à un autre niveau. Puis, il souhaitait donner les éléments nécessaires à son coordonnateur défensif pour mettre de la pression sur les quarts adverses.

«On a amélioré notre contenu canadien. On a aussi amélioré notre représentation locale, a ajouté Maciocia. Je suis aussi très excité par notre front défensif et j’ai très hâte de le voir jouer.»

Au cours de la saison morte, il s’est servi de ses contacts au Canada et aux États-Unis pour donner une nouvelle vie à cette unité qui a vu le légendaire John Bowman accrocher ses crampons dans les derniers mois.

«J’aime le travail d’Almondo Sewell, Michael Wakefield, Woody Baron, David Ménard et de Cameron Lawson à l’intérieur. On a passé plusieurs soirées et plusieurs heures sur ce dossier parce qu’on savait que nous avions du talent et de la profondeur. Les ailiers défensifs comme Nick Usher et Antonio Simmons vont bénéficier de leur travail. Ils seront en mesure de faire plusieurs jeux.»

Pari audacieux

Maciocia et son entraîneur-chef, Khari Jones, ont pris leur première décision audacieuse à la fin du camp d’entraînement. Ils ont décidé d’attribuer le poste de botteur de précision à la recrue David Côté.

C’est la constance de l’ancien du Rouge et Or de Laval qui lui a permis de devancer Félix Ménard-Brière et Matt Mengel pour le boulot. Maciocia et Jones sont très à l’aise avec leur choix.

«David a mérité cette opportunité durant le camp d’entraînement, a précisé Maciocia. Je sais qu’il mettra toute sa concentration sur le boulot qu’il devra faire. On a confiance en lui.»

Une attaque stable

Pour la première fois depuis l’ère Anthony Calvillo, on n’a pas de doute sur l’identité du quart partant avant le coup d’envoi de la saison. Vernon Adams fils s’est fait une place de choix à ce poste lors de la campagne 2019.

Depuis sa promotion, l’Américain est devenu un vrai leader. Les témoignages élogieux sont nombreux à son endroit. Adams fils pourra compter sur un groupe qui ressemble beaucoup à celui du dernier match de 2019. Dans le champ-arrière, William Stanback sera l’homme de confiance. Le porteur de ballon pourrait faire des ravages.

L’escouade aérienne est bien garnie avec Eugene Lewis, Jake Wieneke, B.J. Cunningham, Dante Absher et Quan Bray. Pour protéger Adams fils, la ligne à l’attaque sera composée de quatre joueurs canadiens. Sean Jamieson est le nouveau centre. Il sera flanqué des vétérans Philippe Gagnon et Kristian Matte comme gardes. Tony Washington et Landon Rice seront les bloqueurs partants pour commencer la saison.

Le responsable Luc Brodeur-Jourdain a confiance en son groupe. Les attentes seront élevées envers l’attaque alors que les partisans ont encore les beaux souvenirs de la campagne 2019 en tête.

La défense a des choses à prouver

Si l’attaque n’a pas connu de gros changements, c’est le contraire avec la défense. Durant la dernière année, les Alouettes ont perdu les services du secondeur Henoc Muamba (autonomie) et de l’ailier défensif John Bowman (retraite). Des joueurs qui apportaient du leadership à tous les niveaux. Qui prendra la relève de ces deux joueurs?

Le nouveau coordonnateur Barron Miles a amené plusieurs de ses anciens joueurs d’Edmonton avec lui. Il fonde beaucoup d’espoirs sur sa ligne défensive qui a été reconstruite par le directeur général Danny Maciocia. Il a embauché Nick Usher et Almondo Sewell pour mettre de la pression sur les quarts adverses. Il ne faut pas oublier Antonio Simmons, qui avait démontré de belles choses durant sa première saison à Montréal.

Chez les secondeurs, Chris Ackie et Patrick Levels dirigeront la circulation. Dans la tertiaire, Greg Reid, Najee Murray, Tyquwan Glass et Monshadrik Hunter auront un rôle important pour contrer l’attaque aérienne des rivaux. La défense a du talent à toutes les positions, mais elle aura besoin de quelques semaines pour trouver son rythme de croisière.

Unités spéciales : un mur québécois

Lorsque les unités spéciales sauteront sur le terrain, on aura l’impression d’assister à un match universitaire du RSEQ. Selon les dernières informations, les Alouettes enverront plusieurs Québécois sur le terrain, samedi, à Edmonton.

En couverture de bottés, on entendra les noms d’Alexandre Gagné, d’Alexandre Chevrier, de Régis Cibasu, de Christophe Normand, de Jean-Samuel Blanc, de Kerfalla Exumé et de David Ménard, notamment. Il ne faut pas oublier le spécialiste des longues remises Pierre-Luc Caron. L’ancien du Rouge et Or de Laval David Côté a remporté la bataille des botteurs de précision.

Sa constance a convaincu les dirigeants de lui donner le poste de partant. Sur les dégagements, ce sera l’affaire de l’Australien Joseph Zema.