Crédit : AFP

Olympiques

«On m’a volé mes Jeux, je suis dégoûté» - Hugo Barrette

Publié | Mis à jour

Victorieux de sa première épreuve, le cycliste sur piste a eu la désagréable surprise de voir les juges décider de reprendre la course en raison d’une chute.

«On m’a volé mes Jeux, a déclaré Barrette d’entrée de jeu en entrevue après son épreuve. Je suis dégoûté. J’ai connu tellement de chutes et de blessures graves au cours de ma carrière, mais il n’y a rien qui me fait aussi mal que ce qui vient de se passer. Ça va être beaucoup plus difficile de me remettre sur pied qu’après une grosse blessure.» 

«C’est le moment le plus décevant de ma carrière et je suis envahi par un sentiment d’injustice, de poursuivre le cycliste sur piste des Îles-de-la-Madeleine. Ça va être très dur de se débarrasser de ce sentiment. Quand tu perds de façon juste, tu retournes travailler et tu améliores les aspects déficients, mais tu fais quoi quand les juges te font perdre.»

Incompréhension totale 

Barrette ne comprend pas la décision des juges et réfute les explications qu’on lui a servies. «Ça n’arrive jamais en keirin de reprendre une course à moins qu’il y ait un coureur sur la piste, a-t-il expliqué. C’est complètement ridicule et ne fait aucun sens comme décision. On m’a dit qu’il y avait des débris sur la piste. C’est faux comme on peut le voir sur la reprise vidéo. Il n’y avait aucune raison d’arrêter la course. Si je faisais partie d’un gros pays de vélo, une telle décision ne serait pas arrivée.»

Barrette avait livré la performance qu’il souhaitait pour passer au tour suivant avant que les juges décident de tout reprendre. «Je m’entraînais depuis cinq ans pour ce moment et j’étais prêt, mais je me suis fait voler par une décision qui ne fait aucun sens des juges, a-t-il débité. J’ai connu une super belle course, une course parfaite.»

À la reprise, Barrette a été impliqué dans un accrochage avec un coureur britannique. «Il n’avait plus de place pour passer et il est venu me plaquer, a-t-il raconté. S’il avait été sanctionné pour son geste, je n’aurais pas plus gagné, mais la décision aurait été juste. Un coureur des Pays-Bas a été éliminé sur cette séquence et vu son tournoi prendre fin. Ce fut une autre décision douteuse.»

Barrette est par la suite passé par le repêchage, mais la chute lors de la course précédente avait laissé des traces. «Je pensais que j’étai correct, mais j’avais de la misère à respirer au milieu d’un effort. Je me suis laissé aller jusqu’à la fin. J’ai une côte cassée. Ça ne fait pas trop mal et le docteur m’a dit qu’il n’y avait rien à faire. Le temps arrangera les choses. Je vais en savoir plus à mon réveil et je pourrai constater les dommages.»

Bonne nouvelle 

Dégoûté par ce qu’il venait de subir, Barrette a pu se consoler en partie plus tard dans la journée quand sa copine Kelsey Mitchell a atteint la demi-finale au sprint. Elle a eu le meilleur sur son amie, coéquipière et médaillée de bronze au keirin Lauriane Genest en quart-de-finale.

«Ce fut un petit pansement sur mes blessures, a-t-il illustré. J’ai tenté de rester positif autour d’elle. Kelsey est en feu actuellement et ça regarde bien pour la demi-finale où elle affrontera une Allemande. On ne veut pas voir deux amies s’affronter, mais on met l’amitié de côté pendant quelques minutes. Ce fut une belle course entre Kelsey et Lauriane.»