Crédit : AFP

Olympiques

Médaille d'argent pour Laurence Vincent Lapointe

Publié | Mis à jour

Après avoir traversé vents et marées dans sa route devant la mener aux Jeux olympiques de Tokyo, la Québécoise Laurence Vincent Lapointe a gagné la médaille d’argent à l’issue de la finale A en canoë monoplace (C1), mercredi.

En vertu d’un chrono de 46,786 secondes, Vincent Lapointe a terminé deuxième derrière l’Américaine Nevin Harrison (45,932s.). L’Ukrainienne Luzan Liudmyla a complété le podium. La Canadienne Katie Vincent a pris la huitième place. 

Cette médaille d’argent agit comme un certain baume pour la Québécoise. Rappelons que Vincent Lapointe, multiple championne du monde, avait été accusée de dopage à l’approche des Jeux, où sa discipline faisait d’ailleurs ses débuts chez les femmes.

L’athlète originaire de Trois-Rivières avait effectivement été déclarée positive au ligandrol avant les Championnats mondiaux de 2019. Suspendue, elle avait su prouver son innocence au terme d’une longue bataille, ayant finalement obtenu gain de cause en janvier 2020.

Et maintenant le biplace! 

Plus tôt dans la soirée de mercredi, Vincent Lapointe avait pris le troisième rang de sa demi-finale, derrière Harrison et la Chinoise Lin Wenjun. Vincent a également réussi à atteindre la finale, en finissant troisième de sa course.

Lors des préliminaires, mardi, Vincent Lapointe avait laissé voir qu’elle était au sommet de son art à Tokyo. Elle avait alors dominé sa vague pour passer directement aux demi-finales.

Vincent Lapointe et Vincent feront maintenant équipe, dans les prochains jours, en canoë biplace (C2).

Une pionnière 

Bien que les femmes participent à des épreuves de kayak de vitesse aux Jeux olympiques depuis 1948, les Jeux de Tokyo ont marqué l’entrée au programme olympique des épreuves féminines de canoë de vitesse.

Le C-1 200 m féminin avait été inséré pour la première fois aux Championnats du monde de l’ICF en 2010, année où Vincent Lapointe a été couronnée première championne du monde de l’épreuve.