Crédit : AFP

F1

Ferrari est furieuse contre Lance Stroll

Publié | Mis à jour

L’accident provoqué par le Québécois Lance Stroll au Grand Prix de Formule 1 de Hongrie coûtera cher à Ferrari, et de bien des façons.

Quelques mètres après le départ donné sur une piste détrempée, dimanche sur le Hungaroring, Stroll a bloqué les roues au freinage avant le premier virage. Même s’il a tenté d’éviter le contact en roulant dans l’herbe, il a lourdement happé la monoplace de Charles Leclerc au niveau du ponton.

La course des deux pilotes s’est terminée sur le coup. Puis, mardi, Ferrari a annoncé que l’unité de puissance du Monégasque était irrécupérable. Leclerc s’expose ainsi à des pénalités d’ici la fin de la saison, puisque chaque monoplace ne peut utiliser plus de trois groupes motopropulseurs par année.

«L'accident dont Charles Leclerc a été une innocente victime peu après le départ du Grand Prix de Hongrie lui a coûté une chance d’obtenir un grand résultat, a déclaré l’écurie italienne dans un communiqué. Cependant, l’examen de [la voiture] lundi a révélé qu’en plus, le moteur était irrémédiablement endommagé et ne pouvait plus être utilisé à la suite de l'impact avec l'Aston Martin de Lance Stroll.»

«C'est un nouveau coup dur pour la Scuderia Ferrari et le pilote monégasque. Ces dommages ont un impact financier et également des conséquences pour le reste de la saison, étant donné qu’il est fort probable que l'équipe soit obligée d'installer un quatrième moteur à combustion dans la voiture de Charles, entraînant ainsi une pénalité sur la grille.»

Stroll a par ailleurs écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille de départ du GP de Belgique, prévu le 29 août, à la suite de cet incident.

Après l’accident à l’avant, j’ai pris une trajectoire vers l’intérieur pour essayer d’éviter le contact, mais j’ai bloqué les roues. Dès que cela s'est produit, j'ai su que je ne prendrais pas le virage parce que c'était tellement glissant. J'ai tout fait pour éviter le contact, mais malheureusement, ma course était terminée», avait-il déclaré par voie de communiqué pour expliquer ses ennuis.

Une journée pour le moins rocambolesque

Les mésaventures de Stroll n’ont été qu’un des nombreux rebondissements ayant marqué le GP de Hongrie, remporté par le Français Esteban Ocon (Alpine).

Avant que le Québécois ne heurte Leclerc, Valtteri Bottas (Mercedes) a commis une erreur de jugement en ce qui a trait à l’adhérence de la piste et a touché Lando Norris. La voiture McLaren de celui-ci a ensuite touché la Red Bull de Max Verstappen, tandis que le coéquipier du Néerlandais, Sergio Perez, a vu Bottas mettre fin à sa course. Puis, Daniel Ricciardo a «reçu la visite» de Leclerc, qui venait d’être mis hors de contrôle par Stroll.

Ayant échappé au chaos du début de l’épreuve, Sebastian Vettel croyait avoir donné du positif à l’écurie Aston Martin en prenant le deuxième rang. Cependant, il a été disqualifié quelques heures après avoir franchi la ligne d’arrivée, car son réservoir d’essence ne contenait pas le minimum d’un litre requis pour les analyses de la Fédération internationale de l’automobile.

Du même coup, il a perdu ses 18 points de classement et Lewis Hamilton (Mercedes) est passé du troisième au deuxième échelon. Carlos Sainz fils (Ferrari) a obtenu la troisième place.

Hamilton domine le classement des pilotes avec 195 points, sept de plus que Verstappen. Chez les constructeurs, Mercedes (303) est en tête, devant Red Bull (291).