LNH

Luc Robitaille en attend beaucoup de Phillip Danault

Publié | Mis à jour

En obtenant les services de l’attaquant Phillip Danault, les Kings de Los Angeles sont persuadés qu'ils forment déjà une meilleure équipe.

Le président Luc Robitaille croit d’ailleurs que le Québécois aura un impact sur plusieurs aspects de son club, dont sur les performances du vétéran Anze Kopitar.

«En ajoutant l'un des cinq meilleurs centres de la ligue sur toute la surface de jeu comme Phillip Danault, nous avons vraiment le sentiment que nous avons rendu notre équipe meilleure, a affirmé Robitaille sur les ondes de SiriusXM NHL Radio, vendredi. 

«D'un autre côté, en misant sur Phillip, nous pourrions confier à Kopitar des minutes plus offensives. Il n'aura pas à prendre toutes les mises en jeu dans notre zone et à jouer autant en infériorité numérique. 

«Ça va lui permettre de reprendre son souffle et il pourra donc nous aider d'une autre manière, en obtenant plus de points.»

Bon pour les jeunes

Danault aura le temps d’établir sa niche à Los Angeles, lui qui a paraphé un contrat de six ans d’une valeur de 33 millions $ avec les Kings. Le produit des Tigres de Victoriaville sera également appelé à transmettre ses connaissances aux jeunes patineurs de l’organisation.

«Nous misons sur des jeunes comme [Alex] Turcotte, [Gabriel] Vilardi et [Quinton] Byfield, et ce sera incroyable pour eux de pouvoir apprendre d'Anze et de Danault, a dit Robitaille. 

«Nous savons que Phillip est très bon avec les jeunes, qu'il se présente pour travailler chaque jour, et qu'il fait tout ce qu'il faut pour être un bon professionnel. Nous pensons que ce sera très bon pour notre vestiaire.»

Objectif séries

En reconstruction depuis quelques années, les Kings sont prêts à passer à la prochaine étape, selon le président.

«C'est notre objectif (participer aux séries), a-t-il clamé. Tout ce que nous avons fait au cours des dernières années, en étant extrêmement patients et en accumulant les très bons jeunes joueurs, nous l'avons fait pour bâtir une équipe qui va nous donner la chance de remporter la coupe Stanley dans le futur.»

«Mais la seule manière d'apprendre comment jouer en séries éliminatoires est d'y participer, alors notre objectif est de nous qualifier et de voir comment les choses vont se dérouler, a poursuivi Robitaille. Comme nous avons pu le voir cette année, on ne sait jamais jusqu'où on peut aller si une équipe possède le momentum. 

«Notre but est d'être une équipe de séries l'an prochain. Si nous plions bagage en une ronde ou deux, nos jeunes joueurs vont quand même avoir une meilleure idée de tous les sacrifices qui seront nécessaires afin d'aller plus loin dans le futur.»