Crédit : AFP

LNH

Zach Werenski : le soleil derrière les nuages

Publié | Mis à jour

Le visage de l’organisation des Blue Jackets de Columbus a énormément changé ces derniers temps, mais le défenseur étoile Zach Werenski, lui, croit en son futur.

C’est une des raisons pour lesquelles il a signé, jeudi, une prolongation de contrat bonne pour six saisons qui lui rapportera une moyenne de 9,583 millions $ annuellement.

«Je n’étais pas sûr de ce qui allait arriver, a-t-il confié au site NHL.com. C’est pourquoi je voulais m’asseoir et attendre de voir ce qui allait se passer. J’ai aimé leur premier choix, Kent Johnson. J’ai continué à regarder et à entendre de bonnes choses. J’ai vu les échanges, les joueurs qu’ils ont amenés, et le plan avancer de la bonne manière. Je veux en faire partie, je crois en ce plan et je suis très excité.»

Pourtant, dans les dernières années, on a plutôt assisté à une régression des performances de la formation de l’Ohio. Des joueurs étoiles comme Sergei Bobrovsky et Artemi Panarin ont tour à tour quitté via le marché des joueurs autonomes. Seth Jones, Cam Atkinson, Nick Foligno, Pierre-Luc Dubois et David Savard ont quant à eux été envoyés sous d’autres cieux par voie de transactions.

Même certains joueurs qu’ils ont acquis dans ces échanges démontrent de la réticence par rapport à leur avenir à Columbus, comme en témoigne le contrat d’une seule saison signé par Patrick Laine.

Aller de l’avant

Le directeur général de l’équipe Jarmo Kekalainen a, selon lui, appuyé sur la gâchette au moment opportun.

«Nous avons eu beaucoup de succès avec le groupe que nous avions ici, a-t-il analysé. Le noyau que nous avions nous a menés en séries quatre années de suite, où nous avons également eu du succès. Nous n’avons toutefois pas eu de parade ici, alors nous avions besoin de changement. Des fois, ce sont des décisions difficiles émotionnellement, car nous devons nous séparer de joueurs qui faisaient partie du plan. Mais, pour ultimement gagner, il faut prendre ces décisions difficiles et c’est ce que nous avons fait.»

Pour le Finlandais, Werenski est un joueur primordial de l’équipe et fait partie du long terme de la concession.

«Il a démontré qu’il a l’étoffe de joueur élite de la Ligue nationale et qu’il est un numéro un pour nous, a déclaré Kekalainen au sujet de son défenseur. Il peut continuer à grandir dans ce rôle [...]. Il a joué avec la figure brisée et plusieurs autres blessures, il joue fort tous les soirs et je ne pourrais pas avoir plus de respect pour un joueur comme lui.»

Le huitième choix au total de l’encan amateur de 2015 affirme quant à lui que le défi est de taille après que son partenaire à la défense depuis qu’il est entré chez les professionnels, Seth Jones, a pris l’avion pour jouer sous les couleurs des Blackhawks de Chicago.

«C’est un de mes meilleurs amis, a-t-il avoué, à propos de Jones. Je lui souhaite la meilleure des chances à Chicago, mais je suis prêt à prouver ce que je peux faire sans lui et que je peux être un vrai numéro un. Je suis vraiment excité par cette occasion.»

Il reste donc à voir si le pari de Werenski s’avérera payant, ou si les Blue Jackets prendront un autre huit ans avant d’accéder à nouveau aux séries éliminatoires, comme ce fut le cas quand ils ont fait leur entrée au sein du circuit Bettman, en 2000-2001.