Crédit : AFP

F1

Hamilton-Verstappen, la course d'après

Publié | Mis à jour

On les a quittés à Silverstone, l'un victorieux, l'autre propulsé dans le mur après leur accrochage spectaculaire : Lewis Hamilton et Max Verstappen s'escriment cette fois en Hongrie, où le Britannique vise une 100e victoire en F1.

Les deux semaines de repos n'ont calmé personne. Avant même d'entrer sur le circuit étroit du Hungaroring, les esprits se sont échauffés jeudi entre le leader du championnat Verstappen et son poursuivant Hamilton, et entre leurs écuries Red Bull et Mercedes.

Avec sa victoire devant les siens, Hamilton est revenu à huit petits points du leader Verstappen, infligeant un KO au Néerlandais qui a dû abandonner dès le premier tour après sa violente sortie. 

Hamilton avait été jugé «principalement» fautif et sanctionné de dix secondes. Red Bull, estimant cela largement insuffisant, avait présenté une requête afin de durcir la pénalité a posteriori. Mais jeudi, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) a officiellement rejeté la demande et clôt le dossier.

Il était dit que l'accident laisserait des traces. Cela s'est confirmé en préambule du 11e Grand Prix de l'année. Pour Verstappen, qui avait accusé son adversaire de pilotage «dangereux» et de célébrations «irrespectueuses et antisportives», la pilule n'est pas passée.

Verstappen rancunier

Dégainant le premier en conférence de presse, il est revenu sur ses déclarations: «L'irrespect, c'est quand un gars est à l'hôpital et que l'autre agite le drapeau comme si rien ne s'était passé alors qu'il a envoyé l'autre gars dans le mur avec un impact de 51 G». 

Si physiquement tout va bien pour Verstappen, qui a participé à une course d'esport de 24H sur simulateur en pilotant lui-même huit heures trente, Silverstone a visiblement marqué un tournant dans sa relation avec Hamilton. 

«Ce n'est pas comme cela que l'on fête ce genre de victoire, (...) jamais je ne me comporterais ainsi», a-t-il affirmé, estimant que cet épisode avait «révélé comment ils (Mercedes) sont vraiment».

Quelques minutes après, Hamilton a continué de nier toute faute, en piste ou en dehors: «Je ne pense pas que notre comportement était irrespectueux. Je l'ai vu sortir de sa voiture, il avait l'air bien, et je n'étais pas au courant» de sa visite à l'hôpital.

«C'était mon Grand Prix national, l'émotion était si forte, c'était une célébration spontanée, rien de calculé, juste un sentiment incroyable de joie, d'avoir pour ce moment mémorable tous ces supporters», a-t-il poursuivi.

«J'ai appelé Max pour vérifier qu'il allait bien et lui dire que le respect marquait toujours notre relation. Évidemment, ce n'est peut-être pas réciproque, mais ce n'est pas grave», a-t-il conclu.

Verstappen a estimé que la pénalité de dix secondes infligée à Hamilton à Silverstone n'était «pas assez sévère», imitant le patron de son écurie, Christian Horner, qui a multiplié les critiques envers Hamilton et Mercedes après l'accrochage.

S'en était trop pour Mercedes, qui a réagi par communiqué jeudi soir après la décision de la FIA: «En plus de clore cet incident, nous espérons que cette décision marquera la fin d'une tentative concertée par l'encadrement de Red Bull Racing de ternir le nom et l'intégrité sportive de Lewis Hamilton, y compris dans les documents soumis pour leur requête infructueuse».

Hamilton puissance 100 ?

Au-delà de l'accrochage, le patron de Mercedes Toto Wolff a salué un «week-end encourageant» en Grande-Bretagne pour les Flèches d'Argent repeintes en noir. «Les petites améliorations effectuées sur la voiture ont bien marché et nous avons marqué de gros points».

Hamilton peut ce week-end marquer encore un peu plus l'histoire de son sport, en gagnant un 100e Grand Prix. Un record bien sûr, qui serait doublé d'un autre : celui du plus grand nombre de victoires sur un même circuit. Il a déjà gagné huit fois ici, comme désormais à Silverstone, et comme Michael Schumacher à Magny-Cours où se disputait le GP de France.

Wolff voit néanmoins dans la piste hongroise «un circuit qui plaira sans doute davantage à nos adversaires» Red Bull. Un coup de bluff ou véritablement l'occasion pour Red Bull de reprendre sa domination ?

Le rendez-vous est donné, après les essais vendredi et les qualifications samedi, pour le départ dimanche sur ce circuit où il est difficile de dépasser – en tout cas pas sans laisser en route un bout d'aileron, ou des points au championnat.