HKN-HKO-SPO-BOSTON-BRUINS-V-WASHINGTON-CAPITALS---GAME-FIVE

Crédit : Photo AFP

LNH

Les derniers développements dans le dossier «Ovi»

Publié | Mis à jour

Les Capitals de Washington espèrent être en mesure de s’entendre avec leur capitaine, Alex Ovechkin, avant qu’il devienne joueur autonome sans compensation, mercredi.

Tout comme en 2008, l’attaquant russe négocie son contrat sans faire appel à un agent, lui qui avait signé une entente de 13 ans, d’une valeur de 124 millions $, à ce moment.   

«Je crois que nous faisons du progrès, a mentionné le directeur général des Capitals Brian MacLellan, samedi, dont les propos ont été repris par le site NHL.com. Notre but est d’en finir avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

«Les deux partis veulent atteindre le même objectif et je crois que nous allons avoir accompli notre but d’ici là. J’anticipe que nous réussirons d’ici là.»

L’athlète de 35 ans a passé l’ensemble de sa carrière avec la formation de la capitale nationale américaine, qui l’avait repêché avec le tout premier choix du repêchage de 2004. Ovechkin a connu énormément de succès, lui qui compte 1320 points, dont 730 buts, en 1197 matchs en carrière. D’ailleurs, «Ovie» occupe le sixième rang dans l’histoire de la Ligue nationale au chapitre des filets, lui qui accuse un seul but de retard sur Marcel Dionne, au cinquième rang, et 11 filets derrière Brett Hull, en quatrième position. Durant la dernière saison, il a secoué les cordages à 24 reprises, en 45 duels.

Le Russe a aussi pu soulever la coupe Stanley pour la première fois de sa carrière au terme de la saison 2017-2018.

MacLellan a ajouté qu’il ne serait pas le plus actif sur le marché des joueurs autonomes, puisqu’en plus d’Ovechkin, il devra offrir un contrat au gardien Ilya Samsonov, qui deviendra joueur autonome avec compensation. Il s’est aussi dit prêt à accueillir Zdeno Chara de nouveau si ce dernier prenait la décision de jouer une autre saison, lui qui a 44 ans.

«C’est simplement une question de savoir combien d’argent nous allons avoir de besoin et de baser nos décisions là-dessus», a conclu MacLellan.