Crédit : AFP

Club de foot Montréal

CF Montréal : des buts à éviter

Publié | Mis à jour

Pour la première fois de la saison, le CF Montréal a accordé plus de deux buts dans un match quand il a battu le FC Cincinnati par la marque de 5 à 4, dans un match complètement fou.

Et tout ça contre l’une des pires attaques de la Major League Soccer (MLS).

Il y a de quoi se gratter la tête quand on sait que l’équipe tire beaucoup de fierté de son jeu défensif cette année.

«C’est frustrant, surtout la manière dont on encaisse ces buts, a reconnu Zorhan Bassong. Ils ne nous ont pas vraiment mis en difficulté.»

«Ce sont des trucs bêtes qu’on peut éviter. Mais on a su rester concentrés, on savait ce qu’il fallait faire.»

Il faut aussi souligner que l’équipe est privée de deux défenseurs centraux, Kamal Miller, présentement avec l’équipe du Canada, et Kiki Struna, étant indisponible. Dans son cas, on peut présumer qu’il est sur le point d’être transféré en Europe.

Le jeune Robert Thorkelsson s’entraîne toujours à l’écart du groupe en compagnie de Ballou Tabla.

«En général, les coachs n’aiment pas les matchs comme ça. Mais je crois qu’ils restent satisfaits», a soutenu Bassong.

Bassong n’a pas trop à s’inquiéter parce qu’après la partie de samedi, l’entraîneur-chef, Wilfried Nancy, a admis qu’il avait adoré la rencontre malgré tous les buts accordés.

Bassong, qui est originaire de la région de Montréal, vivait son baptême au Stade Saputo et il n’est pas près d’oublier cette soirée où les rebondissements ont été nombreux.

«Le fait de perdre 4 à 2 et de remonter à la fin, ç’a créé une atmosphère encore plus folle sur le terrain. C’est une super expérience de vivre ça chez moi, je ne suis pas près de l’oublier.»

La foule

Pour la première fois de la saison, l’équipe avait une foule partisane pour un match à domicile.

Le seul match à domicile disputé devant public en était un contre l’Inter Miami CF, qui prêtait son stade au CF Montréal.

Tous les partisans présents étaient donc vendus au club «visiteur».

Bassong a reconnu que d’avoir une foule derrière l’équipe a certainement joué un rôle non négligeable dans l’issue de la rencontre.

«Le match qu’on joue sans la foule est complètement différent. Mais on a montré qu’on a su s’adapter parce que ça faisait longtemps qu’on était à Miami et qu’on jouait sans supporters.»

L’équipe doit maintenant disputer ses trois prochaines parties à l’étranger avant de revenir à la maison au début du mois d’août.

Disons que personne ne sera déstabilisé de jouer en territoire hostile puisque c’est l’ordinaire de l’équipe depuis le début de la saison.

«Peut-être que cette expérience va nous aider à gérer les prochains matchs à l’étranger.»

À l’aise

Sur le plan personnel, Zorhan Bassong a sans doute joué son meilleur match de la saison samedi soir, lui qui n’est pas un arrière central de formation.

Il admet d’ailleurs se sentir nettement plus à l’aise sur le flanc gauche.

C’était d’ailleurs son second départ en défense centrale, signe que Wilfried Nancy lui fait confiance.

«Mon poste de prédilection c’est latéral gauche. Pour le moment on me met dans l’axe, alors je dois prendre de l’expérience.»

«Je dois aussi m’adapter au système et plus je joue, plus je trouve mes repères, et je suis de plus en plus à l’aise.»

Et pour assurer que tout se passe bien, la communication est constante avec Wilfried Nancy, ce qu’a tenu à souligner Bassong.

«Je parle aussi beaucoup au coach sur le rôle que je dois jouer sur le terrain.»

«Je commence à saisir les notions qu’il me demande et je suis de plus en plus à l’aise.»