Crédit : Photo Martin Chevalier

LNH

7 Québécois qui pourraient rejoindre le Kraken

Publié | Mis à jour

Le repêchage d’expansion dans la Ligue nationale de hockey (LNH) aura lieu mercredi et une brochette de Québécois pourrait devoir trouver une nouvelle demeure à Seattle.

Les équipes doivent faire des choix face à l’arrivée du Kraken et il y aura très probablement des athlètes provenant de le Belle Province qui susciteront l’intérêt de la nouvelle formation. Voici une énumération des options les plus intéressantes, à commencer par celles issues des deux équipes qui se sont affrontées lors de la plus récente finale de la coupe Stanley.

Yanni Gourde, Lightning de Tampa Bay

Le petit attaquant dont la fougue et l’intensité sont au cœur de son style de jeu pourrait être une superbe addition de caractère pour le Kraken. Évoluant en arrière des gros canons du Lightning depuis quelques années, il a toujours su élever son niveau de jeu d’un cran quand ça comptait. En plus, le pivot de 29 ans a déjà produit 64 points en une seule année au sein du circuit Bettman.

Alex Killorn, Lightning de Tampa Bay

Si le contrat de 5,1 millions $ bon pour encore quatre saisons de Gourde est un peu trop pesant, il y a aussi Alex Killorn, qui commande 4,45 millions $ jusqu’à la fin de 2023. C’est un autre joueur de caractère dont l’apport dans une équipe ne se calcule pas uniquement en points et dont la spécialité est de déranger les gardiens adverses.

Si le Kraken se montre encore plus difficile, il pourrait aussi jeter son dévolu sur les plus jeunes Alex Barre-Boulet, Mathieu Joseph, et Daniel Walcott. Le futur joueur autonome sans compensation David Savard est aussi un bon candidat en défense.

Phillip Danault, Canadiens de Montréal

Maintenant fortement reconnu par ses pairs comme étant une référence dans le domaine des attaquants défensifs, Phillip Danault pourrait avoir la chance de jouer pour le Kraken. La nouvelle organisation a le droit de négocier avec des joueurs non protégés et qui n’ont pas de pacte en vogue pour l’année prochaine avant le reste des autres franchises. Anciennement payé 3,083 millions $ annuellement, le centre natif de Victoriaville peut s’attendre à une augmentation de salaire, peu importe où il finit par aboutir.

Jonathan Drouin, Canadiens de Montréal

La situation de Jonathan Drouin est un peu plus énigmatique, car le joueur de 26 ans n’a pas disputé de match depuis le 21 avril en raison de problèmes personnels. Cependant, si le Kraken était en mesure de lui faire enfiler ses patins et de le libérer des ancres qui l'empêchent d’atteindre son plein potentiel, ça pourrait être une superbe prise.

Mathieu Perreault, Jets de Winnipeg

Natif de Drummondville, Mathieu Perreault a toujours assuré une présence de vétéran aux Jets de Winnipeg, depuis 2014. L’ailier gauche n’a pas de contrat pour la prochaine campagne et pourrait être une bonne et fiable aubaine pour les nouveaux arrivants. Souvent marqueur d’une quarantaine de points, il peut procurer beaucoup d’utilité à une formation à la recherche de profondeur.

Derrick Brassard, Coyotes de l’Arizona

Un athlète qui provient du même moule que Perreault, Derrick Brassard est lui aussi joueur autonome en devenir. Natif de Hull, il a joué pour huit formations dans la LNH et il pourrait terminer sa carrière en faisant partie du Kraken.

Samuel Blais, Blues de St. Louis

Samuel Blais est un joueur qui peut évoluer sur n’importe quel trio et qui est très efficace sur l’échec avant. Il a fait partie de la conquête de la coupe Stanley des Blues en 2019 et pourrait accéder au palier supérieur en changeant d’équipe. Tout ça, si, bien sûr, le Kraken ferme les yeux devant la possibilité de choisir le tireur d’élite russe Vladimir Tarasenko.