Crédit : AFP

Renaud Lavoie

Carey Price sur son départ ?

Carey Price sur son départ ?

Renaud Lavoie

Publié 18 juillet
Mis à jour 18 juillet

On a beau croire qu’il est impossible que Carey Price soit réclamé par le Kraken de Seattle au repêchage d’expansion, reste qu’il est évident que ce dossier est de plus en plus intrigant.

D’abord, le directeur général de la formation de Seattle, Ron Francis ne peut pas prendre la décision à la légère et rejeter du revers de la main la possibilité de réclamer Carey Price, qui aura 34 ans le 16 août. 

On parle ici d’un gardien qui était à trois victoires de remporter sa première coupe Stanley et qui est le grand responsable des succès des Canadiens en séries. Les gens qui pensent que l’organisation de Seattle n’est pas très chaude à l’idée de payer un boni de 11 millions $ à Price au mois de septembre font fausse route. Lorsque vous payez 650 millions $ pour une franchise, ce n’est pas un bonus de 11 millions $ qui fait peur. 

Bien des observateurs à qui j’ai parlé dans les dernières heures m’ont indiqué que la direction du Kraken est presque forcée, maintenant, de prendre Carey Price, parce qu’il sera difficile de justifier le fait que le seul joueur de concession disponible dans le repêchage d’expansion ne soit pas réclamé, peu importe le salaire. 

À moins que...

Un gars du coin

Il y a quelques points qui doivent être soulignés ici. D’abord, Carey Price a joué son hockey junior à quelques heures seulement de Seattle (Kennewick, dans l’État de Washington) et il y passe ses étés, normalement. S’il y avait une formation pour laquelle Carey Price était prêt à lever sa clause de non-mouvement, c’est évidemment pour celle du Kraken. Il est donc clair que Price est très à l’aise avec sa décision, parce que ça demeure la sienne, sinon il ne l’aurait pas prise, peu importe le contexte.

Dites-vous aussi que même si la direction des Canadiens aime bien Jake Allen, exposer Carey Price au repêchage d’expansion pour sauver son gardien auxiliaire n’a pas beaucoup de sens, à moins que Price soit blessé et qu’il ait besoin d’une opération qui va faire en sorte qu’il sera absent pour une bonne partie de la saison. C’est possible, mais personne n’a abordé ce point chez les Canadiens. 

À moins que... (2)

On a aussi appris au cours des dernières heures que le gardien Chris Driedger va signer une entente avec le Kraken dans les prochains jours, lui qui appartenait aux Panthers de la Floride. 

La question est de savoir combien Driedger touchera annuellement. Normalement, son contrat devrait être dans les environs de trois millions $ par saison, mais si Ron Francis pense qu’il est un gardien numéro un qui mérite d’être payé ainsi, c’est peut-être 5 millions qu’il sera prêt à lui accorder annuellement, ce qui anéantit complètement les chances de voir Price passer au Kraken. 

Fait intéressant aussi, Price et Driedger ont le même agent, soit Gerry Johansson, ce qui est aussi un élément important à l’intrigue, surtout que la décision de Price de lever sa clause de non-mouvement est arrivée après qu’on ait su que Chris Driedger allait fort probablement devenir un des trois gardiens réclamés par le Kraken. Est-ce que ceci explique cela ? 

Bref, on n’est pas au bout de nos peines dans ce dossier qui va continuer de faire couler beaucoup d’encre d’ici mercredi.