LNH

Poignant hommage d'Elvis Merzlikins à Matiss Kivlenieks

Publié | Mis à jour

Les amis et les membres de la famille du gardien de but des Blue Jackets de Columbus Matiss Kivlenieks ont eu l’occasion de lui rendre un dernier hommage avant le repos éternel, lors de ses funérailles qui se sont tenues jeudi.

Le message d’Elvis Merzlikins a été le plus poignant. Le Letton a mentionné que son compatriote a sauvé bien des vies en sacrifiant la sienne le 4 juillet dernier. L’athlète de 24 ans est décédé d’un traumatisme thoracique, ayant reçu un feu d’artifice dysfonctionnel en pleine poitrine.

Kivlenieks était alors à la résidence de son entraîneur des gardiens, Manny Legace, à Novi au Michigan, pour le mariage de la fille de ce dernier. À 20 ou 30 pieds de la scène de l’incident, Merzlikins n’a pas hésité à qualifier d’héroïques les agissements de son coéquipier, qui a sauvé sa vie et celle de son épouse enceinte.

• À lire aussi: Matiss Kivlenieks est décédé

«Il a sauvé mon fils [à naître]. Il a sauvé mon épouse et moi, a dit Merzlikins, dont les propos ont été traduits par le site LNH.com. Il a sauvé plusieurs vies. Si ça n'avait pas été moi, mon épouse ou mon fils, ç'aurait été 50 autres personnes. Il est mort en héros. Ce n'est pas seulement moi qui le dis. Il a arrêté sa dernière rondelle. Le médecin également. S'il avait été assis, ça ne se serait pas produit. Je voulais simplement vous dire qu'il a été un héros. Il a sauvé beaucoup de vies.»

Le gardien a raconté avoir pris plusieurs verres avec Kivlenieks et partagé un dernier cigare avec lui lors de la soirée. «Matiss n'était pas mon ami. Il était mon petit frère», a-t-il admis.

Merzlikins a conclu en disant que son fils, qui naîtra en septembre, aura Matiss comme deuxième prénom

Legace émotif  

Manny Legace semblait lui aussi très affecté par la tournure des événements. Kivlenieks passait chaque été depuis 2017, l’année de son arrivée à Columbus, au domicile de l’ancien de la Ligue nationale.

«Il est devenu un membre de ma famille, a expliqué Legace dans un discours ponctué de sanglots. Il était comme un frère pour ma famille et un très bon ami de notre neveu.»

L’entraîneur des Jackets Brad Larsen a indiqué que son ancien joueur avait inspiré toute la Lettonie et une génération de gardiens lors de sa trop brève carrière. Son prédécesseur derrière le banc, John Tortorella, était aussi sur place.