LNH

Le top 10 des joueurs autonomes sans compensation

Publié | Mis à jour

La coupe Stanley vient à peine d'être décernée, les Montréalais ne se sont pas encore remis de leur peine d'amour, et l'une des périodes préférées de l'amateur de hockey est déjà à nos portes. Le 28 juillet marquera cette année l'ouverture du marché des joueurs autonomes. 

À l'approche du jour J, le TVASports.ca a dressé un top 10 de ceux qui sont en voie d'être libres comme l'air. Les joueurs autonomes sans compensation, plus précisément.

• À lire aussi: Ben Bishop est prêt à faire ses valises

• À lire aussi: Trois ans de plus pour Duclair

10. Mike Hoffman, ailier gauche   

Un entraîneur ne peut l’utiliser à toutes les sauces et doit le protéger à cinq contre cinq. N’empêche, Hoffman demeure un franc-tireur efficace, menaçant en avantage numérique, capable de marquer un gros but. 

9. Zach Hyman, ailier droit   

Il peut être employé sur tous les trios et complète à merveille les joueurs de talent. Hyman a toujours le nez dans le traffic et il est infatigable en échec-avant. Sa perte ferait très mal aux Maple Leafs de Toronto. 

8. Phillip Danault, joueur de centre  

Si un trophée Selke était également remis lors des séries éliminatoires, il l’aurait remporté cette année. Du moins, il aurait certainement figuré parmi les finalistes. L’apport de Danault au sein d’une équipe est extrêmement difficile à quantifier. Les vedettes de la LNH détestent l’affronter. Il a aussi prouvé par le passé qu’il pouvait en offrir davantage sur le plan offensif que la saison dernière. 

7. Ryan Suter, défenseur gaucher  

Les jambes vieillissent, mais le sens du jeu, non. Même à 36 ans, Suter peut offrir de valeureux services à une équipe. Comme le Wild continuera de lui verser de l’argent et qu’il n’a pas encore remporté la coupe Stanley, on présume qu’il pourrait offrir un rabais à la formation de son choix. 

6. David Krejci, joueur de centre  

Dans l’ombre des gros canons des Bruins de Boston, le Tchèque a, mine de rien, récolté près d’un point par match en 2020-2021. Un joueur intelligent. 

5. Tyson Barrie, défenseur droitier   

Il y a une raison pour laquelle aucun vote du scrutin au trophée Norris ne lui a été décerné même s’il a dominé les défenseurs au chapitre des points la saison dernière. Cela dit, si vous êtes en mesure de bien l’entourer et que vous avez besoin d’un spécialiste du jeu de puissance, Barrie est votre homme. 

4. Taylor Hall, ailier gauche   

L’Albertain a un talent fou et il est parvenu à l’exprimer sur la patinoire lorsqu’il a été échangé aux Bruins de Boston. Là-bas, il n’était qu’un excellent joueur parmi tant d’autres. C’est ce genre de casting qu’il doit obtenir pour performer à la hauteur de ses habiletés. 

3. Gabriel Landeskog, ailier gauche   

Les négociations entre Landeskog et l’Avalanche traînent de la patte, apparemment. Si le grand Suédois est disponible à l’ouverture du marché, il y aura un intérêt monstre pour ses services. Une armoire à glace de la sorte avec autant d’aptitudes individuelles, ça ne coure pas les rues. 

2. Dougie Hamilton, défenseur droitier  

Ironiquement, Hamilton n’est pas aussi robuste que ses mensurations le suggèrent (6 pi 6, 229 lb). Toutefois, il met à contribution sa longue portée, et sa grande stature ne l’empêche pas de patiner avec la grâce d’une ballerine. Hamilton a cumulé pas moins de 82 points en 102 matchs lors des deux dernières saisons. 

Vous savez, les Canadiens de Montréal devront remplacer Shea Weber... 

1. Alex Ovechkin, ailier gauche   

Bien entendu, il serait fort étonnant que le Tsar ne finisse pas sa carrière avec les Capitals de Washington. S’il décide bel et bien de se prévaloir de son autonomie, cependant, il s’agirait d’une occasion incroyable pour les autres équipes de la LNH. 

Celui que plusieurs considèrent comme le meilleur buteur de tous les temps peut amener n’importe quelle formation à de nouveaux sommets en avantage numérique.