Canadiens de Montréal

Une saison sans le capitaine?

Publié | Mis à jour

Il n’y a rien de tranquille dans l’univers du Canadien de Montréal depuis l’élimination en cinq matchs en finale de la Coupe Stanley contre le Lightning de Tampa Bay. Après le départ de Joël Bouchard pour le Gulls de San Diego et les renouvellements de contrat à Dominique Ducharme et Luke Richardson, il y a un gros nuage noir au-dessus de la tête du capitaine, Shea Weber.

Un nuage très menaçant avec de gros risques d’éclairs et de tonnerres. Selon le collègue Renaud Lavoie de TVA Sports, Weber pourrait s’absenter pour l’entièreté de la prochaine saison en raison de plusieurs blessures.

Avec l’absence plus que probable de son capitaine, Marc Bergevin aurait choisi de ne pas le protéger pour le repêchage d’expansion du Kraken de Seattle qui se déroulera le 21 juillet prochain.

Des impacts partout

Weber, qui ne détient pas de clause de non-échange ou de non-mouvement, n’a pas à offrir sa bénédiction à l’équipe pour ne pas être protégé. Carey Price, Brendan Gallagher et Jeff Petry sont les trois joueurs que le Tricolore doit absolument protéger en raison des clauses dans leur contrat.

Pour le CH, l’absence de Weber représenterait une très mauvaise nouvelle. Il est le capitaine de cette équipe et malgré ses 35 ans, il demeure un roc à la ligne bleue. Sur le plan stratégique, Bergevin pourrait toutefois s’assurer du retour de ses trois autres défenseurs, Petry, Ben Chiarot et Joel Edmundson.

Bergevin optera visiblement pour une stratégie de protéger sept attaquants, trois défenseurs et un gardien. Avec Weber dans l’équation, le Canadien n’aurait probablement pas eu le choix de se tourner vers l’autre option, celle de protéger huit joueurs (attaquants et défenseurs) et un gardien.

Aucun commentaire

Contacté par «Le Journal de Montréal», Paul Wilson, le vice-président principal affaires publiques et communications, a offert une réponse assez laconique sur la nouvelle de Weber.

«Shea est toujours en évaluation médicale par les médecins de l’équipe, a dit Wilson. On ne commentera pas l’histoire.»

Relancé à savoir si le CH pouvait démentir les informations de notre collègue à TVA Sports, Wilson a répliqué avec la même petite ligne.

«On ne commentera pas l’histoire.»

Il y a ici une nuance importante. Jamais, le Canadien n’a démenti les informations. Ça n’augure donc rien de bon.

De multiples blessures

Weber a participé aux 22 matchs du CH en séries malgré une blessure au pouce gauche. Le capitaine a été le deuxième joueur le plus utilisé par Ducharme et Richardson avec un temps de jeu moyen de 25 min 13 s, soit deux petites secondes de moins que son partenaire à la ligne bleue, Ben Chiarot.

En 22 rencontres, Weber a obtenu six points (un but, cinq aides) et il a maintenu un différentiel de +6.

Dans les minutes qui ont suivi l’élimination de l’équipe contre le Lightning, Weber a reçu les accolades de la grande majorité de ses coéquipiers. Oui, on pouvait ressentir la déception des coéquipiers pour un capitaine qui en était à sa première présence en finale à sa 16e saison dans la LNH.

Mais cette réaction émotive des coéquipiers pour Weber pouvait également cacher des problèmes de santé pour l’homme-montagne.

La blessure au pouce de la main gauche serait l’arbre qui cache la forêt. Weber endurerait des malaises aux genoux, à un pied et à une cheville également.

Au mois de juin 2018, le numéro six avait subi une opération pour une déchirure du ménisque du genou droit. En mars 2018, il avait été aussi opéré pour réparer des tendons à son pied gauche.

Pour le plafond salarial du CH, Weber gagnera 7,857 millions $ pour les cinq prochaines saisons. S’il devait prendre une retraite anticipée, il en coûterait 542 857 $ au Tricolore jusqu’à la fin du contrat, mais 4,915 millions $ pour les Predators de Nashville, l’équipe qui lui avait offert une monstrueuse entente de 14 ans et 110 millions $ en 2012, selon les calculs du site The Athletic.

Dans le cas où Weber ne jouerait pas l’an prochain, le Canadien pourrait placer les 7,857 millions $ de son contrat sur la liste des blessés à long terme. Ça permettrait une économie significative. Il ne faut pas avoir une mémoire d’éléphant pour se rappeler l’histoire de Nikita Kucherov avec le Lightning qui avait permis à Julien BriseBois de manœuvrer avec le plafond salarial de son équipe lors de la saison régulière. Mais comme BriseBois à Tampa, Bergevin aimerait mieux voir Weber en santé que sur la liste des blessés pour une saison au complet.