Crédit : Photo AFP

LNH

Repêchage d'expansion: T.J. Oshie se montre très clair

Publié | Mis à jour

Même s’il est né près de la ville de Seattle et qu’il apprécie l’entraîneur-chef du Kraken, Dave Hakstol, l’attaquant T.J. Oshie ne tient vraiment pas à quitter les Capitals de Washington.

Natif d’Everett, dans l’État de Washington, le patineur de 34 ans souhaite être protégé au repêchage d’expansion prévu le 21 juillet, lui qui détient une entente encore valide pour quatre ans et qui lui rapporte en moyenne 5,75 millions $ par campagne. Évoluant dans la capitale américaine depuis 2015-2016, le vétéran y a remporté la coupe Stanley au printemps 2018 et veut y terminer sa carrière, désir qu’il a exprimé de manière sans équivoque. 

«Je suis un Capital, a-t-il déclaré au réseau local de NBC Sports le weekend dernier, tel que précisé par le site NHL.com. C’est là où j’aimerais être et rester.»

«Mes allégeances sont ici, avait-il aussi affirmé en mai. J’ai de la famille là-bas, vous savez, mais la ville de Washington est là où je veux être [...] avec mes amis, mes proches. Mes enfants grandissent dans les écoles du secteur et c’est ici que j’aime jouer au hockey.»

Toutefois, il n’a pas hésité à louanger Hakstol, son entraîneur-chef à l’université North Dakota de 2005 à 2008.

«Je pense qu’Hak accomplit un travail formidable pour bâtir une culture et une tradition gagnantes. Je ne peux pas songer à un meilleur gars pour mettre sur pied une formation en construisant cet univers de succès. Il est si bon pour unir ses équipes et inciter ses hommes à jouer l’un pour l’autre.»

Un dialogue interrompu 

Oshie dit maintenant ne pas avoir discuté avec les dirigeants des Capitals depuis que les porte-couleurs du club ont vidé leurs casiers, le 23 mai. Néanmoins, il espère en avoir fait suffisamment pour demeurer dans les plans de l’organisation.

«J’ai très confiance d’avoir prouvé que je peux rester et souhaitons qu’ils verront que j’ai une valeur assez haute pour me protéger, a-t-il indiqué. Par contre, ces repêchages sont toujours difficiles, car vous perdez des coéquipiers chaque fois. C’est la partie la plus dure, soit celle de dire bonne chance à quelqu’un.»

Au cours de la dernière saison, Oshie a récolté 22 buts et 21 mentions d’aide pour 43 points en 53 rencontres.