LNH

Lightning: 12 artisans du Québec

Publié | Mis à jour

Du haut de la pyramide jusqu’au bas, il y a une grande influence québécoise au sein du Lightning de Tampa Bay. Julien BriseBois, le jeune directeur général de 44 ans qui gravite dans le milieu de la LNH depuis déjà 20 ans, a assemblé une formidable équipe sur la glace, mais également au sein de la direction du Lightning.

«Julien est un gars méthodique et stratégique, il est toujours deux ou trois coups en avant des autres DG de la LNH, a dit Frantz Jean, l’entraîneur des gardiens du Lightning. Il a aussi l’intelligence de savoir bien s’entourer. Il suit les traces de Steve Yzerman d’une belle façon.» 

«Dans les derniers 12 à 18 mois, Julien a fait des acquisitions incroyables pour nous permettre de gagner deux fois la coupe Stanley. Darchy [Mathieu Darche] est devenu notre “capologiste” (maître du plafond salarial). Il a fait un travail remarquable depuis ses débuts l’an dernier. Julien et Mathieu travaillent main dans la main.»

Après la victoire en cinq matchs contre le Canadien en finale, les BriseBois, Darche, David Savard, Yanni Gourde, Mathieu Joseph et les autres Québécois du Lightning ont tous eu la chance de soulever la coupe. «Le Journal» vous présente les douze Québécois de cette organisation gagnante.

Julien BriseBois 

Vice-président et directeur général

BriseBois est le grand architecte de cette formidable équipe. À sa troisième saison dans le siège de directeur général, il a conduit le Lightning pour une deuxième fois à la terre promise. Dans l’ère du plafond salarial, il est devenu le deuxième DG seulement à gagner la coupe Stanley deux ans d’affilée. Il a suivi les traces de Jim Rutherford qui avait réalisé cet exploit avec les Penguins de Pittsburgh en 2016 et 2017. Avocat de formation, BriseBois a montré toute son ingéniosité cette saison pour bien manœuvrer avec les contraintes reliées au plafond salarial. À la date limite des transactions, il a fait un très bon coup avec l’acquisition de David Savard. Le génie de cet échange aura également été de convaincre deux équipes, les Blue Jackets de Columbus et les Red Wings de retenir 75 % de la dernière année du salaire de Savard.

Âgé de 44 ans, BriseBois vient de compléter sa onzième saison à Tampa. Il a hérité d’un très bon noyau de joueurs en 2018-2019 après le départ de Steve Yzerman, mais il a trouvé une façon d’amener cette équipe à un autre niveau. Il existe une culture de gagnant depuis longtemps à Tampa, autant dans la LNH que dans la Ligue américaine.

Mathieu Darche 

Directeur des opérations hockey

Mathieu Darche ressemble à Patrick Maroon. Il est le porte-bonheur dans l’équipe de direction du Lightning. À sa deuxième saison comme bras droit à Julien BriseBois, il a écrit son nom une deuxième fois sur la coupe Stanley. Comme Maroon, mais le gros ailier en était à une troisième conquête d’affilée quand on comptabilise celle de 2019 avec les Blues de St. Louis. Darche garde un œil sur les finances de l’équipe. Ancien étudiant en administration à l’Université McGill, il travaille sur le budget, gère le plafond salarial et est impliqué dans les processus décisionnels impliquant les transactions, les signatures de joueurs autonomes et le repêchage.

Jean-Philippe Côté 

Directeur du développement des joueurs

À l’image de Darche, Côté a fait ses premiers pas avec le Lightning lors de la saison 2019-2020, quittant un poste de recruteur avec les Sharks de San Jose pour une nouvelle aventure à Tampa. Il a également une moyenne parfaite avec deux bagues de la coupe en deux ans. Il supervise le développement des jeunes espoirs de l’organisation avec le Crunch de Syracuse ou ceux qui se retrouvent au niveau junior.

Mark Lambert 

Directeur de la haute performance et du conditionnement des joueurs

Un artisan dans l’ombre. Mais pour soulever deux fois la coupe Stanley en neuf mois, Lambert a probablement concocté un très bon programme d’entraînement pour ses joueurs. Le Lightning vient de courir deux marathons en très peu de temps. Sur le plan du conditionnement, Nikita Kucherov a aussi retrouvé sa forme des beaux jours après une opération à la hanche qui l’a contraint à l’inactivité pour toute la saison.

Frantz Jean 

Entraîneur des gardiens

Natif de Montréal, Frantz Jean occupe le poste d’entraîneur des gardiens du Lightning depuis la saison 2010-2011. Il est donc à Tampa depuis les premiers pas dans la LNH d’Andreï Vasilevskiy, un choix de premier tour en 2012. Il a contribué à faire de Vasilevskiy le meilleur de sa profession, un gagnant du trophée Vézina (2019), de la coupe Stanley (2020 et 2021) et du Conn-Smythe (2021).

Michel Boucher 

Recruteur amateur, territoire de la LHJMQ notamment

Un autre grand manitou loin des projecteurs. À l’emploi du Lightning depuis la saison 2010-2011, après quatre saisons avec le Canadien, Boucher a toujours fait confiance aux joueurs talentueux issus de la LHJMQ. Il décrit souvent la prise de Ondrej Palat au septième tour au repêchage de 2011 comme l’une de ses grandes fiertés. Palat jouait à l’époque pour les Voltigeurs de Drummondville. Il a aussi eu son mot à dire dans la sélection de Mathieu Joseph au 4e tour en 2015, mais aussi dans les signatures de Yanni Gourde, Alex Barré-Boulet et Daniel Walcott.

Mathieu Joseph 

Joseph a profité du malheur de Killorn, victime d’une fracture du péroné lors du premier duel de la finale, pour participer aux quatre derniers matchs. Il a joué un rôle important malgré un temps de jeu limité. L’ailier de 24 ans natif de Laval a reçu les éloges de Jon Cooper pour sa patience et son esprit d’équipe. Il a toujours placé le logo sur son chandail avant le nom dans le dos. Il a participé à six matchs en séries, mais aux 56 rencontres régulières cette saison.

Alex Killorn 

Né à Halifax en Nouvelle-Écosse, Killorn a grandi dans la région de Montréal. Il a joué son Midget AAA pour les Lions du Lac Saint-Louis avant de partir étudier à la prestigieuse Université Harvard. L’ailier de 31 ans est un membre du noyau dur du Lightning depuis de nombreuses saisons. Il avait connu la déception de la défaite en finale en 2015 contre les Blackhawks de Chicago. Avant de se blesser, il a amassé 17 points (8 buts, 9 passes) en 19 matchs en séries.

Yanni Gourde 

Gourde a du Brendan Gallagher dans le nez. Il a un cœur gros comme le Amalie Arena. À l’image des séries de l’an dernier, il a encore une fois patrouillé un trio très efficace au centre de Blake Coleman et Barclay Goodrow. Il a récolté sept points (6 buts, 1 passe) en 21 rencontres. Il a marqué le but vainqueur dans un gain de 1 à 0 lors du septième match en demi-finales contre les Islanders de New York.

David Savard 

Savard a récupéré la coupe Stanley des mains de Victor Hedman après la victoire en cinq matchs contre le CH. Il était le troisième joueur du Lightning à s’offrir un petit tour de glace avec le trophée, suivant Hedman et le capitaine, Steven Stamkos. Contrairement à la grande majorité de ses coéquipiers, Savard a célébré un premier triomphe. Il a solidifié encore plus le groupe de défenseurs après son arrivée des Blue Jackets de Columbus.

Alex Barré-Boulet 

Auteur de 12 points (8 buts, 4 passes) en dix matchs avec le Crunch de Syracuse, Barré-Boulet a fait ses débuts dans la LNH cette saison, participant à 15 matchs avec le Lightning. Il n’a pas joué en séries, restant au sein de l’équipe des réservistes.

Daniel Walcott 

Walcott faisait aussi partie des «Black Aces». À 27 ans, il a joué un premier match dans la LNH cette saison. Une belle récompense pour un joueur qui n’a pas suivi un chemin traditionnel. Avec le Crunch de Syracuse, Rob Zettler et Benoit Groulx l’ont transformé en ailier après de nombreuses saisons comme défenseur.