JiC

«C'était limite cochon» - Antoine Roussel

Publié | Mis à jour

Antoine Roussel a été épaté par l’effort fourni par les Canadiens de Montréal lors du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley qui les opposent au Lightning de Tampa Bay. 

Dans un premier temps, le Français s’est dit impressionné par le trio de Nick Suzuki, qui a fourni deux buts, mais il en avait également long à dire sur la contribution des gros bœufs du Tricolore en défensive. 

• À lire aussi: Une défensive qui ressemble à celle de 1986

• À lire aussi: Un record de la LNH pour Cole Caufield

Selon lui, les colosses de l’équipe ont sonné la charge et inspiré les troupes. Le capitaine Shea Weber, notamment, avait la rage au ventre, lui qui a solidement frappé Brayden Point et qui est même passé près d'asséner une mise en échec encore plus violente à l'attaquant du Lightning quelques minutes plus tard. 

«Les gars avaient la hargne, a souligné l’attaquant des Canucks de Vancouver, mardi, lors de l’émission JiC. Et ça, c’est parti de la brigade défensive. Shea Weber et Joel Edmundson cognaient, frappaient fort, c’était à la limite d’être cochon, mais c’était juste parfait. Et ils ont envoyé des messages clairs. Eux, ils ne sont pas prêts à mourir. C’est ça que tu veux voir dans un match éliminatoire.» 

Voyez la chronique complète d’Antoine Roussel à JiC dans la vidéo ci-dessus.