Canadiens de Montréal

Spectateurs au Centre Bell: vaccination et équité ont guidé la Santé publique

Publié | Mis à jour

Le directeur de la Santé publique, Dr Horacio Arruda, a expliqué jeudi que la couverture vaccinale insuffisamment élevée et le principe d’équité avaient mené au maintien de la limite de 3500 spectateurs imposée pour les matchs du Canadien de Montréal au Centre Bell.  

L’organisation du Canadien réclamait une augmentation du nombre de spectateurs - 10 500 exactement - pour les matchs de la finale de la Coupe Stanley, tel que l’avait indiqué sa vice-présidente exécutive et chef des affaires commerciales, France Margaret Bélanger, plus tôt cette semaine. Au lendemain du verdict annoncé par le club pendant le deuxième duel de la série, Dr Arruda a dit comprendre l’amertume de certains à ce sujet.

«Je reçois toute la frustration, la colère et l’incompréhension des partisans du Canadien. Il ne faut pas penser qu’on n’est pas sensible à ça. Nous aussi sommes très fiers de nos Glorieux», a-t-il lancé en entrevue à LCN, rappelant que le Tricolore s’est rendu en finale sans grande présence de la foule.

Le Dr Arruda a précisé que le principe de préservation de la santé de la population a primé dans la décision.

«La vaccination deux doses n’est pas assez élevée dans la population québécoise. La solution pour plus de moments ensemble va passer par les deux doses pour l’ensemble de la population», a-t-il indiqué.

«Nous avons une situation qui demeure fragile. Nous avons voulu, pour augmenter l’ambiance de foule, augmenter l’assistance en extérieur. C’est pour ça que nous sommes montés à 5000 personnes par site, avec certaines conditions.»

Des précédents

Le directeur de la Santé publique a également avancé que le principe d’équité avec d’autres secteurs de l’économie ou du monde sportif avait pesé dans la balance.

«Ça crée toutes sortes de précédents pendant que les conditions du passeport vaccinal ne sont pas encore au rendez-vous. Il y a des gens qui n’ont pas encore eu leurs deux doses, donc ils seraient discriminés. On entrerait dans un élément de cascade qu’on veut éviter cet été où d’autres activités sportives, d’autres rassemblements et d’autres spectacles vont vouloir utiliser cette notion de passeport vaccinal au moment où la vaccination n’est pas assez importante», a-t-il fait savoir.

Horacio Arruda a rappelé que les cas de COVID-19 augmentaient rapidement dans certaines régions du monde à cause du variant Delta.

«Tout événement qui augmente les rassemblements à l’intérieur et la quantité de contacts peut générer un événement de transmission», a-t-il dit.

La troisième rencontre de la série face au Lightning de Tampa Bay aura lieu vendredi.