Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

COVID-19 : Joel Armia à l’écart

Publié | Mis à jour

L’avion du Canadien s’est envolé en direction de Tampa avec un passager de moins à son bord. Soumis au protocole de la COVID-19, Joel Armia a dû demeurer à Montréal en attendant plus de précisions sur sa situation.

«On aura plus de détail demain (lundi), mais il ne participe pas à l’entraînement et ne voyagera pas avec l’équipe», a souligné Marc Bergevin, alors que le Canadien peaufinait les derniers détails de sa préparation sur la glace du complexe sportif de Brossard. 

C’est la deuxième fois que le Finlandais doit demeurer à l’écart en raison de ce protocole. En mars, il avait été contraint à rater deux semaines d’activités en raison d’une infection au variant britannique.

Ce test positif avait alors forcé le Canadien à interrompre son calendrier pendant une dizaine de jours. Une pause qui a donné lieu à une éreintante fin de saison au cours de laquelle le Tricolore a dû disputer 25 matchs en 44 jours.

Deux vaccins? 

A-t-il été en contact avec quelqu’un qui est atteint du virus ou qui en présentait les symptômes? Est-il lui-même atteint du virus? S’agit-il simplement d’un test erroné? L’admissibilité de l’attaquant pour la finale dépendra de la réponse.

Autre question. Armia a-t-il reçu les deux doses du vaccin ou le fait qu’il ait déjà été atteint de la maladie était suffisant pour qu’il n’en ait besoin que d’une seule?

Une question à laquelle le Tricolore n’a pas voulu répondre, hier.

«À peu près tout le monde l’a eu», avait déclaré Dominique Ducharme le 10 juin, au lendemain de la deuxième séance de vaccination de l’équipe.

Rappelons que ça n’a pas empêché Ducharme de contracter le virus dans les jours suivants. Le Canadien est privé de son entraîneur-chef depuis son retour de Vegas, le 17 juin. À ce moment, les deux semaines nécessaires pour obtenir la protection complète n’avaient pas encore été atteintes.

Ce qui n’est pas le cas pour Armia puisque les deux semaines arrivaient à échéance le 23 juin.

Grosse perte 

Quoi qu’il en soit, un forfait de l’attaquant de 28 ans priverait le Tricolore d’un élément important, particulièrement en intériorité numérique où l’équipe a été parfaite lors des 30 dernières occasions.

«C’est un autre défi auquel nous devrons faire face. Ce n’est pas une situation idéale, mais c’est le genre de défi avec lequel nous avons dû composer toute l’année», a rappelé Ben Chiarot.

«Comme tous nos attaquants qui tuent des punitions, il est très efficace en infériorité numérique. Il coupe des jeux, s’impose physiquement et écoule beaucoup de temps en gardant possession de la rondelle», a décrit Shea Weber.