JiC

«Ils attendent juste de se faire battre» - Éric Desjardins

Publié | Mis à jour

L’ancien défenseur des Canadiens Éric Desjardins, champion de la Coupe Stanley en 1993, croit que les Golden Knights sont au bout du rouleau.

Invité à commenter le travail de la brigade défensive du CH depuis le début de la série de troisième tour entre les deux équipes, l’ancien numéro 28 a souligné que le bon travail de celle-ci commence à épuiser physiquement et mentalement la formation de Vegas. 

Desjardins est spécialement impressionné par le «top 4» formé de Shea Weber, Jeff Petry, Joel Edmundson et Ben Chiarot.

«Le top 4, c’est une moyenne de 6’3’’ et demi (...) très physique et rapidement sur le porteur et c’est ça qui secoue les Golden Knights un peu», a-t-il expliqué à "JiC", avant le sixième match de la série, lors duquel les Canadiens ont la possibilité d’éliminer les Knights et de passer en finale de la Coupe Stanley.

«Ils n'ont pas fait face à une brigade défensive de même dans les deux premières séries et là ils sont un peu surpris et frustrés, a-t-il poursuivi. On voit les gestes, le comportement, le langage corporel, qui démontre vraiment qu’ils sont à bout et ce soir, ils attendent juste de se faire battre.»

Price, comme Roy 

Desjardins voit aussi un parallèle entre la tenue actuelle du gardien Carey Price et le brio de Patrick Roy lors de la conquête de 1993.

«Dans ces séries-là, il (Roy) nous a vraiment amenés à croire en nos chances (...) c'est ça qu'on voit dans le Canadien d'aujourd'hui avec Price, a-t-il expliqué. Juste de voir comment il se comporte dans les matchs, son calme, c'est quelque chose que Patrick était capable de faire aussi.»

Celui qui a amassé 575 points en 1143 matchs dans la LNH prend actuellement beaucoup de plaisir à suivre le parcours du CH en séries.

«De vivre ça en tant qu'amateur... c'est quelque chose quand tu es dans l'équipe, dans la pression, tu fais partie de quelque chose de spécial, tu le sais, a-t-il expliqué. Mais on n’est jamais conscient en tant que joueur de l'effet qu'on a à l'extérieur. Maintenant, en tant que retraité, de vivre ça avec mes enfants, c'est incroyable.»

Voyez l’entretien complet en vidéo principale.