SPO-HKO-HKN-144039786

Crédit : Getty Images/AFP

Séries de la LNH

Cinq bourdes célèbres en séries éliminatoires

Publié | Mis à jour

Dans l’éventualité où le Canadien de Montréal parviendrait à éliminer les Golden Knights de Vegas, la bourde du gardien québécois Marc-André Fleury, en fin de troisième période du troisième duel, pourrait passer à l’histoire, comme certaines autres gaffes coûteuses commises dans les éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Steve Smith, Oilers d’Edmonton (1986)

Un grand classique! Le défenseur des Oilers d’Edmonton Steve Smith aurait pu s’en vouloir toute sa vie. On remonte donc en 1986! Avec une égalité de 2 à 2 au début de la troisième période du septième match de la série de deuxième tour opposant les Oilers aux Flames de Calgary, Smith était derrière son filet lorsqu’il a dirigé une passe dans les jambières du gardien Grant Fuhr. La rondelle a terminé sa course dans le fond de son filet et les Flames sont passés au tour suivant grâce à une victoire de 3 à 2. Ultimement, le parcours des Flames a pris fin en finale de la coupe Stanley, avec une défaite en cinq matchs face au Canadien. Smith, qui profitait d’une équipe incluant Wayne Gretzky, entre autres, a toutefois pu se reprendre en soulevant le trophée tant désiré à trois occasions, dont l’année suivante en 1987, puis en 1988 et 1990.

Marc Bergevin, Blues de St. Louis (2000)

Cette bourde est moins célèbre, mais elle concerne un visage bien connu à Montréal : Marc Bergevin. Les Blues de St. Louis avaient terminé la saison 1999-2000 au premier rang du classement de la Ligue nationale, avec 114 points, et ils avaient enlevé les honneurs du premier match de leur série de premier tour contre les Sharks de San Jose. Le vent a toutefois changé au duel suivant. Avec une avance de 1 à 0, l’actuel directeur général du Canadien a intercepté une passe avec sa main, mais le valeureux défenseur a ensuite lancé a rondelle derrière son propre gardien. Les Blues se sont ensuite inclinés en six matchs.

Chris Phillips, Sénateurs d’Ottawa (2007)

Les Sénateurs d’Ottawa n’avaient plus le droit à l’erreur lors du cinquième duel de la finale de la coupe Stanley, eux qui tiraient de l’arrière 1-3 dans la série contre les Ducks d’Anaheim. Le défenseur Chris Phillips a toutefois commis une grave bévue. Alors que son gardien Ray Emery lui laissait la rondelle derrière le filet, le patineur l’a échappée dans les pieds de son portier, qui retournait devant sa cage. La rondelle a su se frayer un chemin au fond de celle-ci pour ce qui a été le but qui permettait à la formation californienne de soulever la coupe.

Ilya Bryzgalov, Flyers de Philadelphie (2012)

Les Flyers de Philadelphie avaient le dos au mur dès le cinquième match de leur série de deuxième tour contre les Devils du New Jersey, en raison d’un retard de 1-3, en 2012. Avec une égalité de 1 à 1 en première période, le gardien de la formation de la Pennsylvanie a envoyé la rondelle directement sur l’attaquant des Devils David Clarkson. L’objet noir a rebondi entre les jambes de Bryzgalov et c’est ce qui s’est avéré être le filet gagnant et celui qui éliminait les Flyers.

Paul Coffey, Red Wings de Detroit (1996)

Le défenseur des Red Wings de Detroit Paul Coffey a accompli plusieurs grandes choses durant sa carrière, mais il a aussi permis à l’Avalanche du Colorado de s’emparer d’une avance de 1-0 dans la série demi-finale de 1996. Avec une avance de 1 à 0 pour Detroit dans le premier match, le patineur de l’Avalanche Stéphane Yelle a remis la rondelle devant le filet adverse et Coffey a poussé l’objet dans le fond de son but, lui qui tentait de dégager la rondelle. Malgré les deux buts de Coffey dans le bon filet, les Red Wings ont perdu 3 à 2 en prolongation et se sont inclinés en six matchs, permettant ensuite aux anciens Nordiques de Québec de remporter la coupe Stanley au terme d’un balayage des Panthers de la Floride.