Crédit : AFP

Séries de la LNH

Avant Fleury, il y a eu Brodeur, Roy, Lalime...

Publié | Mis à jour

Les statistiques affichées par Marc-André Fleury, des Golden Knights de Vegas, depuis le début des présentes séries comptent parmi les meilleures de l’histoire pour un gardien québécois durant un parcours éliminatoire. Il n’est toutefois pas le seul à avoir performé de la sorte. Seulement depuis le début du siècle, voici d’autres gardiens de la Belle Province s’étant particulièrement illustrés:

Martin Brodeur

En 2000, le gardien québécois Martin Brodeur avait grandement aidé les Devils du New Jersey à remporter la coupe Stanley, montrant une moyenne de buts alloués de 1,61 en 23 matchs. Étrangement, c’est toutefois le défenseur Scott Stevens qui avait obtenu le trophée Conn-Smythe, remis au joueur par excellence des séries, à la suite de cette conquête. Les statistiques de Brodeur en 2003 furent tout aussi bonnes avec une moyenne de 1,65, un excellent taux d’efficacité de ,934 et un impressionnant total de sept blanchissages. Cette fois-ci, le Conn-Smythe avait toutefois été attribué à un autre gardien québécois... Que Brodeur n’ait jamais gagné cet honneur individuel, malgré trois bagues de la coupe Stanley, représente certainement une grande injustice.

Patrick Roy

Le célèbre gardien Patrick Roy, qui a aussi remporté deux fois la coupe Stanley avec le Canadien de Montréal (1986 et 1993), a présenté ses meilleures statistiques en séries éliminatoires lors du parcours de l’Avalanche du Colorado, en 2001. Roy avait alors conservé une moyenne de buts alloués de 1,70 et un taux d’efficacité de ,934. Il s’agissait d’une quatrième et dernière conquête de la coupe Stanley pour le numéro 33, qui l’a aussi emporté en 1996 avec l’Avalanche.

Patrick Lalime

Impossible de passer sous silence les statistiques de Patrick Lalime durant les séries de 2002. Si les Sénateurs d’Ottawa avaient vu leur parcours s’arrêter dès le deuxième tour au terme d’un septième et ultime match contre les Maple Leafs de Toronto, Lalime avait été carrément fumant avec une moyenne de 1,39 et un extraordinaire taux d’efficacité de ,946. Le Québécois n’avait cédé que 18 buts en 12 matchs, ayant fait face à 332 lancers. Lalime avait encore bien fait l’année suivante quand les Sénateurs avaient baissé pavillon contre Martin Brodeur et les Devils en demi-finale.

Jean-Sébastien Giguère

Voici le gardien québécois ayant empêché Martin Brodeur de mettre la main sur le trophée Conn-Smythe en 2003. Dans une cause perdante, Jean-Sébastien Giguère, des Mighty Ducks d’Anaheim, avait été nommé le joueur le plus utile des séries, à l’issue de la finale. En 21 matchs, il avait présenté un dossier de 15-6, une moyenne de buts alloués de 1,62 et un taux d’efficacité de ,945. Totalisant cinq jeux blancs pendant les éliminatoires, il avait notamment réussi trois blanchissages consécutifs contre le Wild du Minnesota en demi-finale.

Corey Crawford

Plus récemment, le gardien québécois Corey Crawford avait été sensationnel dans l’uniforme des Blackhawks de Chicago au cours des séries éliminatoires de 2013. Remportant alors sa première de deux coupes Stanley avec les Hawks, Crawford avait conclu le tournoi printanier avec une moyenne de 1,84 et un taux d’efficacité de ,932. L’attaquant Patrick Kane lui avait été préféré pour le trophée Conn-Smythe.

Mention honorable à Roberto Luongo:

Éliminé dès le deuxième tour en 2007, le gardien des Canucks de Vancouver Roberto Luongo n’avait rien à se reprocher. Son équipe n’a gagné que cinq matchs sur 12 durant ces éliminatoires alors que Luongo affichait pourtant une moyenne de 1,77 et un taux d’efficacité de ,941. Lors de l’élimination des Canucks face aux Ducks d’Anaheim, en vertu d’une défaite de 2 à 1 en deuxième période de prolongation, il avait conclu le match avec 56 arrêts sur 58 tirs. Et pour entamer le premier tour, contre les Stars de Dallas, il avait repoussé 72 rondelles dans une victoire de 5 à 4 en quatrième période de prolongation.

* Avant le match de mercredi soir contre le Canadien de Montréal, Fleury affichait pour sa part un dossier de 9-4, une moyenne de buts alloués de 1,84 et un taux d’efficacité de ,927.