Canadiens de Montréal

«Avec moi, il n'y aura aucune zone grise»

Publié | Mis à jour

La nouvelle formation des Lions de Trois-Rivières dans la ECHL a confirmé l'embauche d'Éric Bélanger à titre d'entraîneur-chef, mardi.

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie, le principal intéressé a expliqué comment s'était déroulé le processus qui a mené à sa nomination.  

«Moi et Marc-André, on avait une bonne connexion et nous sommes amis depuis que nous avons été coéquipiers au Minnesota. On se voyait quelques fois à chaque année. Mon grand frère habite à Trois-Rivières. Quand ils ont annoncé l'équipe, je suis allé voir mon frère et je suis arrêté parler à Marc-André pendant plusieurs heures. Au départ, il semblait surpris, mais après l'intérêt est devenu réciproque. J'ai respecté le processus d'embauche et je peux vous dire que Marc-André ne m'a pas fait de traitement de faveur.»

Bélanger n'est peut-être pas l'entraîneur qui possède le plus d'expérience, mais il estime avoir ce qu'il faut pour obtenir du succès chez les professionnels.

«J'ai commencé au bas de l'échelle. Lorsque j'ai pris ma retraite, je suis déménagé en Floride et j'ai été impliqué avec le hockey mineur. Après ça, je suis revenu vivre au Québec et j'ai été trois ans avec le Séminaire Saint-François. J'ai eu une finale et un championnat. J'ai tellement d'expérience comme joueur. La déception de ne pas jouer au niveau supérieur, j'ai vécu ça. Je crois avoir une bonne réputation en ce qui concerne ma façon d'agir avec mes joueurs. Je vais être honnête avec eux et ils vont savoir sur quel pied danser. Avec moi, il n'y aura aucune zone grise.»

Celui qui a disputé plus de 800 matchs dans le circuit Bettman a confirmé les propos du directeur général Marc-André Bergeron, qui affirmait que les Québécois auraient une place de choix dans la composition de la formation.

«Je sais que Marc-André travaille très fort pour recruter des joueurs et avoir une banque de noms si jamais on en manquait. Marc-André parle également avec Scott Mellanby et on a une aide exceptionnelle des Canadiens à ce niveau. En ce moment, je regarde pratiquement juste des Québécois. On veut avoir une équipe qui va s'identifier à la ville de Trois-Rivières. On va avoir des joueurs avec des contrats de la Ligue américaine et pour le reste, ce sera majoritairement des Québécois.»

Bélanger a également été très honnête lorsqu'on lui a demandé de parler de ses objectifs à long terme. Il veut diriger dans la LNH éventuellement. 

«J'ai le même sentiment que quand j'étais joueur. Je n'ai pas réussi à soulever le précieux trophée comme joueur. Je veux retourner dans la LNH et gagner en tant qu'entraîneur.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.