Crédit : Photo Martin Chevalier

LNH

Le déclic s’est produit pour Connor Brown

Publié | Mis à jour

Limité à un rôle de soutien depuis le début de sa carrière, Connor Brown a connu l’année la plus productive de sa carrière et il estime pouvoir devenir l’un des ténors offensifs des Sénateurs d’Ottawa à l’avenir.

À sa deuxième saison dans la capitale nationale, Brown, 27 ans, a totalisé 21 buts et 35 points en 56 parties. Un rendement qui lui aurait permis de marquer plus de 30 fois lors d’une saison régulière de 82 parties.

Brown a ensuite été le meilleur pointeur du Championnat du monde, en vertu d’une récolte de deux filets et 16 points en 10 rencontres. Il a ainsi aidé le Canada à remporter la médaille d’or, avec, entre autres, la mention d’aide sur le but gagnant en finale, inscrit par son coéquipier Nick Paul.

Pour expliquer la situation, l’ailier a parlé d’un déclic survenu au cœur de la saison, notamment à partir du moment où son entraîneur-chef D.J. Smith a commencé à l’utiliser régulièrement sur la deuxième unité du jeu de puissance.

«Vraiment, au milieu de l'année, j'ai commencé à croire que mon niveau de jeu était différent, a-t-il révélé récemment lors d’une entrevue avec le quotidien "Ottawa Sun". Je sens que je commence à atteindre mon potentiel et à faire entièrement confiance à mon instinct sur la glace.»

«C’est bien. Je me sens bien à propos de mon jeu, je suis enthousiaste par notre équipe à Ottawa et je suis simplement ravi de revenir. J'adore être le gars vers qui on se tourne offensivement. J'ai été ce gars dans d'autres parties de ma carrière et je n'ai jamais vraiment eu cette chance dans la Ligue nationale.»

Pour la vie

Par ailleurs, les Sénateurs seront certainement les plus grands bénéficiaires de la victoire canadienne survenue à Riga. En effet, outre Brown et Paul, plusieurs autres membres de l’organisation étaient de l’aventure.

Le jeune défenseur Jacob Bernard-Docker, qui a joué cinq parties cette saison avec les Sénateurs après sa campagne universitaire, ainsi que les membres du personnel John Forget, Alex Menezes, Dom Nicoletta et le médecin Tim Cregan, ont également été appelés à représenter leur pays.

Le parcours particulier du Canada, qui a perdu ses trois premières parties avant de se ressaisir et de monter sur la plus haute marche du podium, sera ainsi une leçon très importante pour les jeunes Sénateurs, en pleine reconstruction.

«De renverser la vapeur et faire ce que nous avons fait, c’est quelque chose que nous n’oublierons jamais. Nous n’oublierons jamais ce tournoi. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble, nous nous sommes donc assez bien liés pour que ce groupe de gars soit à coup sûr proche pour le reste de nos vies.»