Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Un exploit peu commun à la portée du CH

Publié | Mis à jour

Les coups de balai réalisés par le Canadien de Montréal dans une série 4 de 7 ont été fort peu nombreux - deux seulement - à partir du début de la décennie 1990 et d’ailleurs, il avait à sa portée lundi un fait d’armes qu’il n’a pas accompli depuis le printemps 2014.

Le Bleu-Blanc-Rouge détenait une avance de 3 à 0 dans sa série contre les Jets de Winnipeg avant de reprendre l’action en soirée au Centre Bell. Ayant peiné à participer régulièrement aux éliminatoires après avoir remporté la coupe Stanley en 1993, il n’a pas eu l’occasion de sortir le balai très souvent depuis.  

Le dernier coup du genre remonte à la confrontation de premier tour face au Lightning de Tampa Bay il y a sept ans environ. Et cette année-là, le Tricolore avait eu la chance de son côté, puisque le gardien numéro 1 de ses rivaux, Ben Bishop, avait été incapable de jouer en raison d’une blessure à la jambe gauche subie tard dans la campagne. Son remplaçant, Anders Lindback, a fait tout, sauf fermer la porte. Avec un taux d’efficacité de ,881, il a vu l’adversaire signer des gains de 5 à 4 en prolongation et de 4 à 1 en Floride dans les deux premières rencontres.

Le Canadien avait ensuite placé le Lightning dans les câbles en l’emportant 3 à 2 lors du troisième affrontement au Centre Bell, avant de compléter le travail avec un triomphe de 4 à 3 dans le dernier match. Max Pacioretty avait choisi un bon moment pour inscrire son premier filet des séries, car il avait dénoué l’impasse avec moins d’une minute à écouler au temps réglementaire.

Sécheresse  

Depuis, la formation montréalaise n’a eu qu’une autre occasion de balayer une série et ce fut en 2015. Au premier tour, elle avait profité des ennuis du gardien des Sénateurs d’Ottawa Andrew Hammond pour se donner une priorité de 2 à 0. Craig Anderson était ensuite apparu devant la cage des siens et avait nettement mieux fait, non sans empêcher le Canadien de gagner le troisième duel 2 à 1 en prolongation.

Cependant, les hommes de Michel Therrien ont dû ranger leurs balais, s’inclinant 1 à 0 dans la capitale fédérale, puis 5 à 1 à domicile. Ils ont patienté jusqu’au sixième match – un gain de 2 à 0 – pour envoyer leurs opposants en vacances.

Quant à un balayage réussi au-delà de la ronde 1, ce que le Canadien pouvait finalement réussir lundi, il faut remonter à la finale de la section Adams 1993 pour retracer le plus récent accomplissement de ce genre de l’équipe. À l’époque, Patrick Roy et ses coéquipiers étaient en pleine ascension vers la coupe et les Sabres de Buffalo en avaient fait les frais. Montréal avait gagné les quatre parties au compte de 4 à 3, dont les trois dernières en temps supplémentaire, aux dépens d’une équipe décimée; Pat Lafontaine et Alexander Mogilny étaient tombés au combat avant la fin des hostilités.

La troupe de Jacques Demers avait poursuivi ses succès en remportant les trois premiers rendez-vous de la série suivante, contre les Islanders de New York, en route vers le 24e titre de l’histoire de la concession.