Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: Nadal renvoie Sinner à ses études

Publié | Mis à jour

Secoué le temps de quelques jeux seulement, Rafael Nadal a fermement renvoyé à ses études la jeune pépite italienne Jannik Sinner (19e) 7-5, 6-3, 6-0 en 2h17 min, pour atteindre les quarts de finale de Roland-Garros lundi.

L'Espagnol, qui a fêté ses 35 ans jeudi dernier, est lancé à la conquête d'un vertigineux quatorzième sacre à Roland-Garros, et d'un 21e trophée record en Grand Chelem.

• À lire aussi: Roland-Garros: Novak Djokovic bousculé

Nadal affrontera l'Argentin Diego Schwartzman (10e) pour une place dans le dernier carré. Comme en 2018 au même stade, et en 2020 en demi-finales.

Ils sont les deux derniers joueurs du tableau masculin à ne pas avoir laissé échapper la moindre manche depuis le début de la quinzaine parisienne. «Rafa» en est même à 35 manches remportées consécutivement Porte d'Auteuil (depuis celui perdu en finale en 2019 contre Thiem).

«C'est toujours incroyable pour moi de jouer ici, ce court est très spécial pour moi», a répété Nadal.

«J'ai bien commencé, puis je me suis mis à jouer de manière un peu trop défensive pendant quelques jeux et je lui ai laissé la possibilité d'entrer dans le court. J'ai été chanceux d'éviter le bris. Et après, tout a changé», a-t-il analysé.

Crédit photo : AFP

Inconstance

Sinner a été beaucoup trop inconstant pour véritablement mettre en danger Nadal: au total, il a commis quarante fautes directes pour seulement onze points gagnants.

«J'étais impatient de jouer contre lui, parce que c'est un énorme test, et ça m'a donné une réponse, c'est que j'ai encore beaucoup de chemin à faire», a reconnu l'Italien.

«J'attendais plus de moi-même» mais «il a joué à un très haut niveau aujourd'hui (lundi), il frappait très fort, et ça vous empêche de jouer comme vous le voudriez», a-t-il décrit.

Après avoir concédé un break d'entrée, le jeune Italien de 19 ans a brièvement imposé sa force de frappe jusqu'à mener 5 jeux à 3 et à servir pour le gain de la première manche. Mais un horrible jeu de service - quatre fautes, dont une double - lui a été fatal.

À partir de ce moment-là, Nadal a définitivement mis la main sur le match en signant deux séries de huit jeux d'affilée, seulement entrecoupés par un court sursaut de son jeune adversaire.

«À un moment donné, il jouait, et moi, je ne faisais que courir», a résumé Sinner.

Crédit photo : AFP