Canadiens de Montréal

À VOIR | «Je crois que les fantômes sont de retour» - Mario Roberge

Publié | Mis à jour

La date du 9 juin 1993 demeure gravée dans la mémoire de nombreux partisans de la Sainte-Flanelle. Ce mercredi marquera le 28e anniversaire de la dernière conquête de la coupe Stanley des Canadiens de Montréal. Le parcours actuel du CH a de nombreuses similitudes à celui de 1993, selon Mario Roberge, membre de cette édition championne.

«Il y a énormément de parallèles entre l’actuelle cohorte des Canadiens et la nôtre. À l’époque, on affrontait les Nordiques qui avaient terminé au premier rang de leur section, exactement comme ce fut le cas en première ronde dans la série disputée entre les Canadiens et les Leafs. On avait perdu les deux premiers matchs du duel, ce qui s’apparente encore une fois au cheminement du CH cette année. Les Nordiques étaient les grands favoris tout comme l’était Toronto», aux dires de l’ancien dur à cuire lors d'un généreux entretien avec JiC, tenu lundi.     

Si la troupe de Dominique Ducharme compte actuellement sur un Carey Price étincelant, il faut admettre qu’en saison régulière, le cerbère a connu son lot de difficultés. Coïncidence? Patrick Roy a vécu pareil scénario lors de la saison 1993. 

«André Racicot avait secondé Patrick Roy de façon épatante tout comme Jake Allen l’a fait en l’absence de Price cette saison. Plusieurs avaient des doutes à l’endroit de Carey à l’aube des séries et le voilà dominant. Patrick Roy avait également été sensationnel durant ce tournoi printanier», d'après Roberge.

Coup de balai au deuxième tour     

«Au deuxième tour, on allait affronter les gagnants de la série opposant les Bruins aux Sabres. Buffalo avait éliminé Boston en quatre parties. C’est exactement ce que les Jets ont fait contre les Oilers cette année et nous par la suite, on a éliminé les Sabres en quatre rencontres, ce que le CH pourrait faire ce soir. Je crois que les fantômes sont de retour dans l’entourage des Glorieux», a admis celui qui a brièvement côtoyé Marc Bergevin lors de son stage junior chez les Saguenéens de Chicoutimi.

Chapeau à Marc Bergevin     

«Il faut donner du crédit à Marc Bergevin. Il a acquis les ingrédients manquants. Je trouvais que c’était un club facile à déranger dans le passé et les ajouts font une différence. Plus encore, j’aime l’intégration des jeunes aux vétérans. Les éléments sont en place pour que les Canadiens causent une surprise.»

Une réconciliation inévitable    

«Je suis content que Patrick Roy et Mario Tremblay se soient retrouvés. On est Canadien un jour, on est Canadien pour toujours. On a tous à cœur cette organisation. Je suis très heureux de cette réconciliation, ça avait assez duré, ça devait en venir à cela», a-t-il conclu.