JiC

«Ils peuvent passer les Jets en quatre ou en cinq»

Publié | Mis à jour

Lors des dernières heures, de nombreux joueurs ou anciens joueurs de la LNH ont condamné le geste violent de Mark Scheifele sur Jake Evans. 

Vendredi, c'était au tour de David Desharnais de donner son opinion, lors de son entrevue avec Jean-Charles Lajoie. 

«Ce n'est pas un jeu qu'on voit souvent. Ce n'est pas super beau comme geste, mais je ne crois pas qu'il aurait fait ça si ça n'avait pas été un match de séries. Tu veux toujours préparer le prochain match, mais je pense qu'il y est allé un peu fort. La LNH veut éliminer les choses du genre et je crois que c'est bien la suspension de quatre matchs.»

L'ancien des Canadiens n'est pas surpris de voir son ancienne formation obtenir du succès et il croit même que la série contre Winnipeg pourrait être de courte durée.

«Je n'ai pas été surpris. C'est facile à dire maintenant, mais je croyais qu'ils pouvaient gagner au début de la série contre Toronto. Ils jouent du très bon hockey. Ça ne serait pas surprenant de les voir passer les Jets en quatre ou en cinq matchs. Ils sont durs à jouer contre. Les jeunes et les vétérans font le travail. Carey, on n'a même pas besoin d'en parler. Il se doit d'être le meilleur joueur et c'est ce qu'il fait.»

Celui qui a évolué pour les Saguenéens de Chicoutimi dans la LHJMQ dresse un parallèle entre l'édition actuelle des Canadiens et celle de 2014 qui avait atteint le carré d'as, avant de s'incliner contre les Rangers de New York. 

«On avait beaucoup de profondeur. On avait un gars comme Daniel Brière qui pouvait entrer et sortir de la formation. On avait ajouté Thomas Vanek et on avait un joueur comme Brian Gionta sur le troisième trio. Je pense que c'est un peu la même chose cette année. Avec le plafond salarial, ça prend des jeunes qui peuvent faire le travail et qui complètent bien le groupe de vétérans. Les Canadiens en ont.»

Le Québécois tenait également à mentionner qu'il supportait Jonathan Drouin et il est revenu sur le triste épisode où l'ancien maire de Montréal, Denis Coderre, avait déclaré qu'il voulait que Desharnais soit renvoyé dans la Ligue américaine.  

«Ça vient me chercher. Je peux comprendre ce qu'il vivait et ce n'est pas toujours évident. Je lui souhaite la meilleure des chances et je suis certain qu'il va revenir encore plus fort. Quand le maire voulait que je quitte, je me disais que ça ne pouvait pas être pire. À un moment donné, tu dois mettre tes culottes et travailler. Je me disais que les gens ne me voyaient pas ici et que j'allais prouver que j'avais encore ma place. Parfois, tu peux te nourrir des mauvais propos.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.