Crédit : AFP

LNH

Zach Parisé a encore le Wild bien dans son coeur

Publié | Mis à jour

Les dernières semaines n’ont pas été les meilleures de l’attaquant Zach Parisé, qui prévoit cependant se présenter au prochain camp d’entraînement du Wild du Minnesota.

Détenteur d’un contrat encore valide pour quatre saisons, le vétéran de 36 ans a été retranché par son entraîneur-chef Dean Evason dans trois des quatre dernières rencontres du calendrier régulier, avant de subir le même sort lors des trois premiers affrontements de la série contre les Golden Knights de Vegas.

L’ancien des Devils du New Jersey a profité d’une fracture du bras subie par Marcus Johansson pour reprendre sa place dans la formation et a conclu avec trois points en quatre sorties. Le parcours éliminatoire du Wild étant terminé, il devrait discuter avec la direction du club relativement à son futur professionnel. Il touche en moyenne 7,54 millions $ annuellement en vertu d’un pacte de 13 ans et de 98 millions $ conclu en 2012.

«Vous ne signez jamais une entente pour ne pas la respecter au complet, a-t-il déclaré au site NHL.com, mardi. Je comprends que les choses changent, mais j’ai toujours aimé jouer ici. [...] Donc, non, je ne veux pas évoluer ailleurs. Il y a des années qui restent à mon contrat et je prévois être ici lors du camp de l’automne prochain. On ne m’a pas rien dit d’autre. C’est mon intention et je ne veux pas spéculer sur quoi que ce soit.»

«Je n’ai aucun problème à revenir et à être prêt, a-t-il continué. C’est mon état d’esprit actuel. Vous souhaitez toujours être là sans avoir à surmonter des obstacles. J’ai confiance que si des postes sont disponibles, je pourrai en saisir un. C’est mon objectif et on verra ensuite ce qui arrivera.»

Difficile

Toutefois, Parisé ne se cache pas pour dire qu’il n’a guère apprécié son inactivité forcée, lui qui a totalisé 18 points en 45 sorties pendant la dernière campagne.

«La partie la plus dure fut de regarder mes coéquipiers jouer, a-t-il admis. Je pense que ce fut pénible de les voir durant les trois premiers matchs [des séries]. Je suis là pour jouer. Chaque année, on est enthousiaste à propos de la saison, mais en ayant en tête les éliminatoires et la possibilité de les jouer. Quand vous devez regarder votre équipe à l’œuvre, c’est difficile.»

«Je suis un gars qui n’a pas besoin de beaucoup, je crois. Je veux juste jouer et aider l’équipe à gagner, faire partie du club et contribuer, a-t-il enchaîné. Je pense que c’est tout ce qu’un hockeyeur demande.»