Hurricanes c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Les Hurricanes en quête de solutions rapides

Publié | Mis à jour

Conscient de la situation précaire dans laquelle son équipe se trouve, l’entraîneur-chef des Hurricanes de la Caroline, Rod Brind’Amour, s’en remettra à la détermination de ses hommes pour tenter de revenir dans la série face au Lightning de Tampa Bay.

Comme ce fut le cas dans le premier match de la confrontation, sa troupe s’est butée à un gardien peu généreux et à une défensive aussi étanche. Andrei Vasilevskiy a effectué 31 arrêts pour permettre aux «Bolts» de l’emporter 2 à 1 et de s’approcher à deux gains du troisième tour éliminatoire.

Ainsi, les Hurricanes tenteront de faire mieux que les Panthers de la Floride, qui avaient également perdu les deux premières parties de leur série à domicile contre le Lightning en première ronde; les champions en titre ont finalement eu le dessus en six rencontres.

Brind’Amour essaie pour l’heure de s’encourager le plus possible. «Nous affrontons la meilleure équipe au monde et nous jouons au coude-à-coude. Nous ne sommes pas dominés. Seulement, on n’a pas eu de chance. On fait tout ce que nous tentons d’accomplir. Nous n’avons pas obtenu ce petit coup de chance qu’il nous faut», a-t-il déclaré aux médias, tel que rapporté par le quotidien «News & Observer».

«Si vous m’aviez dit que nous allions accorder 15 et 20 tirs au Lightning, je vous aurais répondu que c’est très bon. Il y a plusieurs éléments positifs, mais malheureusement, nous sommes en retard 2 à 0. C’est l’aspect négatif. Nous prendrons un match à la fois et voir où ça nous mènera», a-t-il ajouté.

Catalyser l’offensive

Maintenant, comment la Caroline peut-elle donne davantage d’ennuis au Lightning, particulièrement en attaque? Selon Brind’Amour, la solution reste simple, même si elle est difficile à appliquer.

«Ça renvoie toujours aux batailles pour la rondelle et à l’importance de jouer plu souvent dans leur territoire que dans le nôtre, avait-il dit mardi avant-midi. Je crois qu’il faut leur rendre la vie plus compliquée, leur enlever du temps et de l’espace. Ce sont toutes les notions de base que vous parlez, mais c’est ainsi qu’on gagne des matchs de hockey.»

Pour le défenseur Brett Pesce, l’une des clés demeure les revirements créés en zone neutre. Si les Hurricanes peuvent s’emparer du disque, ils sont capables de l’amener vers la cage ennemie et de se montrer menaçants.

«Je pense que chaque fois qu’on a amené la rondelle dans leur territoire, nous patinions avec aisance. C’est notre meilleur atout, vu que nos attaquants travaillent en échec-avant pour mettre de la pression sur la défense adverse.»

Le troisième duel de la série est prévu jeudi à Tampa.