Maple Leafs vs Canadiens

Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

«Le trio d’Auston a travaillé fort, mais...»

Publié | Mis à jour

Si le Canadien a pu compter sur son meilleur joueur en Carey Price pour forcer la tenue d’un septième et décisif match, les Maple Leafs n’ont pas eu la même contribution de leur as marqueur Auston Matthews.

Malgré sept lancers au but et un peu plus de 30 minutes de temps d’utilisation, le joueur de centre vedette de la formation torontoise n’a pas été une véritable menace pour le Canadien.

Tout comme Mitch Marner, d’ailleurs, son nom ne figurait pas sur la feuille de pointage hier soir.

«Aucune raison de paniquer»

Pour une deuxième rencontre consécutive, les Maple Leafs ont réussi à combler l’écart avant la fin du temps réglementaire, mais l’adversaire a su trancher le débat en prolongation.

«On a fait de bonnes choses et obtenu nos chances de gagner, mais ce ne fut pas suffisant, a souligné Matthews. On retourne à la maison pour disputer un septième match et on va s’y préparer en conséquence. On n’a aucune raison de paniquer.»

Après une soirée de trois points lors de la deuxième rencontre de la série, Matthews a été, depuis, limité à une seule mention d’assistance.

Marner et Matthews, dans l’ordre, ont été les deux meilleurs pointeurs de leur équipe en saison régulière.

Pour un, Matthews, il a inscrit 41 buts en 52 matchs, ce qui lui a assuré de mettre la main sur le trophée Maurice-Richard, remis au meilleur buteur dans la LNH.

Pas d’excuses

«Le trio d’Auston a travaillé fort, mais ça n’a pas porté fruit», a prétendu Sheldon Keefe.

L’entraîneur en chef des Maple Leafs a reconnu que le gardien adverse a fait la différence.

En prolongation, les visiteurs ont été crédités des neuf premiers lancers. Le Canadien lui, n’a eu besoin que de deux tirs, dont celui de Jesperi Kotkaniemi, pour mettre fin à la discussion.

Keefe n’a pas cherché d’excuses pour expliquer cette deuxième défaite consécutive en temps supplémentaire.

«Price a été solide, a-t-il raconté, et le Canadien a mieux joué que nous. C’est aussi simple que ça...»

À qui l’avantage?

Les deux grands rivaux vont s’affronter seulement pour la deuxième fois lors d’une septième rencontre en séries éliminatoires. C’était en 1964 et les Maple Leafs l’avaient emporté.

Par contre, depuis 2004, l’équipe de Toronto montre une fiche de 0-6 lorsqu’elle a la chance d’éliminer un adversaire.