Balados

CH: il y a un «malaise»

Publié | Mis à jour

Après la gênante défaite de 4 à 0 de mardi soir, rares sont ceux croyant encore que le Canadien de Montréal réussira à battre les Maple Leafs de Toronto lors de la série de première ronde opposant les deux formations.

Louis Jean et Alexandre Picard pensent comme la plupart des amateurs de hockey et ne donnent pas cher de la peau du CH, qui est en retard 3 à 1 dans la série. Les deux animateurs de «Temps d’arrêt» en ont discuté dans la plus récente édition de leur baladodiffusion.   

«Je ne veux pas dire que le Canadien est médiocre, parce je ne veux pas exagérer, mais il y a un malaise, a exprimé Jean. Je suis convaincu que les joueurs essayent [...], mais c’est comme s’ils n’étaient pas au même niveau que les Maple Leafs.»

De son côté, Picard croit que les carences du Bleu-Blanc-Rouge sont reliées à la manière dont le directeur général Marc Bergevin a construit sa défensive.

«Le Canadien est limité et nous le voyons. Ils n’ont peut-être pas pris les meilleures décisions en ce qui concerne la construction de l’équipe», a affirmé celui qui a disputé 253 matchs comme défenseur dans le circuit Bettman.

«Quand tu regardes [Shea] Weber, [Joel] Edmundson et [Ben] Chariot – je ne dis pas que ce sont des mauvais joueurs de hockey –, il n’y a pas d’autre formation de la Ligue nationale en séries éliminatoires qui a trois gros bonhommes pas très mobiles et pas très bons pour faire des sorties de zone.»

Le problème est là   

Picard persiste et signe. Il pense même que les problèmes offensifs du Canadien sont directement liés aux joueurs qui évoluent à la ligne bleue.

«On parle toujours du fait que le Canadien ne marque pas de buts en ce moment, mais si les joueurs d’avant n’ont pas la rondelle sur leur palette pour sortir de la zone et s’ils sont constamment en train de la poursuivre, ça va être difficile de marquer. Moi, je pense que ça passe par la défensive», a clamé l’ancien défenseur.