Quebec

Crédit : Photo Stevens LeBlanc

LHJMQ

Les Foreurs gagnent la première bataille

Publié | Mis à jour

En plus d’être talentueux, les Foreurs de Val-d’Or sont résilients. Malgré deux buts refusés en troisième période, la troupe de Daniel Renaud a tout de même trouvé le moyen de gagner le premier match de la série demi-finale les opposant aux Saguenéens de Chicoutimi par la marque de 5-2.

À 2-2 en début de troisième, Thomas Pelletier a vu son but être refusé après que les officiels eurent jugé que Jordan Spence avait commis de l’obstruction sur le gardien Alexis Shank.

Peu de temps après, Nathan Légaré s’est échappé après avoir accepté une belle passe de Gabriel Villeneuve pour faire 3-2. Les Foreurs ont ensuite cru avoir doublé leur avance, mais le but de Jakob Pelletier a de nouveau été refusé puisqu’il a été déterminé qu’il était hors-jeu lors de l’entrée de territoire.

Air connu : ils ont marqué quelques instants plus tard, une œuvre de Samuel Poulin avant qu’Émile Lauzon ne complète la marque dans un filet désert dans une séquence qui, devinez quoi, a nécessité une autre reprise vidéo.

«Baie-Comeau et Rimouski nous ont préparés pour ça et on a démontré de quoi on était capable ce soir. On a joué deux bonnes périodes et on doit continuer là-dessus mercredi», a mentionné le capitaine Jakob Pelletier.

«Ils veulent nous ridiculiser»

Les Sags avaient connu un bon début de match, prenant les devants 1-0 en première, mais ils n’ont pas été en mesure de reproduire la même énergie lors des deux périodes suivantes.

D’ailleurs, ce n’est que le match no. 1 de la série – et le premier entre les deux équipes cette saison – mais déjà, la tension est à couper au couteau.

«Il faut qu’on s’assure de jouer trois périodes comme la première. Si on fait ça, on va leur mettre de la pression. Ils ont payé 20 choix au repêchage dans une année COVID. C’est notre responsabilité de leur faire serrer le bâton et qu’ils sentent les 200 000 lb de pression qu’ils ont sur les épaules. Ils n’ont pas le droit de perdre», a déclaré l’entraîneur-chef Yanick Jean avant de s’enflammer davantage.

«Personne ne pense qu’on va gagner. Quand la période des transactions s’est terminée, on a eu une rencontre dans la chambre en se disant qu’on voulait affronter Val-d’Or. Il y a des choses qu’on n’a pas acceptées, dont des joueurs qui textaient les nôtres pour leur demander d’être échangé à Val-d’Or. Ils menaient 8-2 contre Rimouski avec 42 secondes et Poulin et Légaré étaient sur la glace. Ils ne veulent pas seulement te battre, ils veulent te manquer de respect et t’humilier. C’est ce qui est arrivé à la fin avec le coup de [Jacob] Gaucher.»

Le préfet de discipline de la LHJMQ Éric Chouinard pourrait effectivement avoir du travail. En fin de match, Gaucher a asséné une mise en échec à la tête de Félix Lafrance qui a retraité vers le vestiaire, le visage ensanglanté. Gaucher a été expulsé du match pour son geste.

De son côté, l’entraîneur-chef Daniel Renaud a rejeté avec véhémence les reproches de son vis-à-vis.

«Ça fait 100 points de presse que je donne lors desquels je dis que le but est de marquer un but de plus que l’adversaire. Les Foreurs sont une organisation qui a le respect comme valeur première et c’est très important pour nous. On est une famille au sein de la ligue et on n’a aucune intention de ridiculiser personne.»

Chose certaine, ça promet pour le match de mercredi, 13h.

Les Islanders, de puissants négligés?

Les Islanders de Charlottetown ont terminé avec 35 victoires en 40 parties cette saison, ce qui leur a permis de terminer au premier rang du classement général de la LHJMQ. Pourtant, ils sont négligés pour l’emporter en demi-finale contre les Tigres de Victoriaville, septièmes en saison régulière.

Comme c’est le cas avant chaque ronde, la confrérie médiatique du Québec attitrée à la couverture de la LHJMQ y va de ses prédictions. Hier, plusieurs journalistes, pour ne pas dire la grande majorité, favorisaient la troupe de Carl Mallette, qui a terminé au sixième rang au classement général.

C’est le cas de l’auteur de ces lignes, comme vous avez probablement pu le lire dans notre édition d’hier matin.

Le constat semble donc évident : les Islanders doivent encore prouver leur mérite malgré leur saison, aux yeux de la majorité des observateurs. On le sait, ils ont majoritairement affronté les Mooseheads d’Halifax et les Eagles du Cap-Breton, deux équipes en reconstruction, en raison des restrictions gouvernementales au Nouveau-Brunswick.

«On n’a pas vraiment l’impression qu’on doit se prouver, a toutefois tempéré l’entraîneur-chef des Islanders, Jim Hulton, au bout du fil, hier. C’est extrêmement difficile de juger de cette saison qui a été étrange pour tout le monde. À ce que je sache, on fait partie des quatre équipes toujours dans la course.»

Une série serrée

Hulton accorde toutefois une chose aux gens qui favorisent les Tigres pour accéder à la finale de la Coupe du Président : la série entre les deux équipes, qui débute ce soir à Québec, sera âprement disputée.

«Ce sera une excellente série. Nos deux équipes ont été bâties autour des mêmes valeurs. Nous sommes deux formations qui jouent de la bonne façon et les Tigres sont l’une des meilleures formations de la ligue en zone neutre. De plus, [le directeur général] Kevin Cloutier a été l’un des hommes les plus actifs lors de la dernière période des transactions et il a mis en place une excellente équipe.»

Ceux qui favorisent les Islanders estiment que la clé de voûte pourrait être devant le filet puisque Charlottetown possède l’un des meilleurs gardiens du circuit en Colten Ellis.

«Il a été fantastique cette saison. S’il n’est pas le meilleur gardien de la ligue, il n’est pas loin. Il a été la pierre angulaire de nos succès.»