EOTTM

Crédit : Pierre-Paul Poulin / JdeM

Boxe

Germain a fait mentir ses détracteurs

Publié | Mis à jour

Avant et après l’annonce du verdict de son combat contre Steve Claggett, Mathieu Germain affichait un large sourire de satisfaction. Et pour cause.

Il venait de livrer l’une de ses plus brillantes performances en carrière. Le protégé de Mike Moffa a battu Claggett de façon claire et nette.

• À lire aussi: Un gala en juillet au Québec

• À lire aussi: Débuts réussis pour Gaumont

En plus, il l’a fait à la façon de son adversaire. Un mélange des styles de Miguel Cotto et de Bernard Hopkins comme il l’a bien expliqué après le combat. Au lieu de se déplacer comme il le fait habituellement. Germain s’est planté les deux pieds devant Claggett pour marquer des points avec ses combinaisons rapides.

Une stratégie, concoctée par Moffa pendant le camp d’entraînement, qui a semblé déstabiliser l’Albertain. Celui-ci n’a pas trouvé de solution pour renverser la vapeur au cours du combat.

Au lieu d’adopter une approche différente, Claggett a continué de se battre de la même façon. Il a mal paru devant un Germain en pleine possession de ses moyens.

En résumé, Germain a fait mentir ses détracteurs qui étaient nombreux avant la première cloche. Plusieurs ont douté de lui, mais le boxeur a répondu de la meilleure façon. Ça prend du caractère pour réagir de cette façon.

Un pointage douteux

Plusieurs se sont questionnés sur le pointage de 97-93 en faveur de Claggett au terme de l’affrontement. Ce n’est pas la première fois qu’une carte d’un juge ne fait pas l’unanimité dans l’histoire de la boxe.

Au Québec, c’est plus rare qu’ailleurs dans le monde. À la défense du juge, un combat Germain-Claggett n’est pas toujours évident à analyser. Les coups sont nombreux et plusieurs touchent la cible.

On ne sait pas si son angle par rapport à l’action ne lui permettait pas de voir certaines combinaisons de Germain qui ont fait la différence. Toutefois, même Claggett a été surpris de constater qu’un des juges lui donnait la victoire.

«Le Journal de Montréal» avait une carte de 96-94 en faveur de Germain.

Un promoteur déchiré

Lors du premier combat entre Germain et Claggett, le promoteur Camille Estephan avait un seul protégé dans le ring. Samedi soir, il en avait deux.

«Ce sont les amateurs qui sont les grands gagnants, a souligné le patron d’Eye of the Tiger Management (EOTTM). Certains rounds étaient difficiles à départager. Mathieu a gagné le combat.

«De voir mes deux boxeurs s’affronter, ça m’a mis mal à l’aise. Avec cette victoire et cette performance, Mathieu a sauvé sa carrière. C’était son meilleur combat à vie.»

Du côté de Claggett, il devra apporter des changements pour la suite des choses selon Estephan.

«Durant la majorité de son camp, Steve n’avait pas d’entraîneur. C’est dur de bien se préparer dans ces conditions. On va s’asseoir avec lui et lui proposer de venir s’entraîner à Montréal.»

Pour ce qui est des autres combats, Estephan est heureux des performances d’Alexandre Gaumont, Bree Howling et Clovis Drolet.

«Je suis heureux qu’Alexandre ait pu faire des rounds à son premier combat professionnel. Il a affronté un gars coriace en Mikhail Miller. Pour ce qui est de Bree, son combat contre Erika Hernandez a été l’un des plus excitants de l’année. C’est dommage qu’il ait duré seulement quatre rounds.

«Finalement, pour Clovis, on a eu la confirmation que c’était une erreur de le faire boxer à 154 lb à son dernier combat. On savait qu’il avait plus d’essence dans le réservoir que ce qu’il avait démontré.»