Crédit : AFP

Golf

Tournoi AT&T Byron Nelson: double égalité en tête

Publié | Mis à jour

Les Américains J.J. Spaun et Jordan Spieth se sont installés en tête au tournoi AT&T Byron Nelson du circuit de la PGA en signant des cartes de 63 (-9) lors de la première ronde présentée jeudi, à McKinney au Texas.

Les deux golfeurs ont livré des performances sans faute. Spaun a réussi pas moins de neuf oiselets tandis que Spieth en a enregistré sept en plus de caler un aigle au dernier trou. Ce coup d’éclat lui a permis de rejoindre son compatriote au sommet.

L’Espagnol Rafa Cabrera Bello ainsi que les Américains Aaron Wise, Doc Redman et Joseph Bramlett sont tout juste derrière, au troisième rang, et n’accusent qu’un seul coup de retard sur les meneurs.

Parmi les favoris, l’Espagnol Jon Rahm, troisième au monde, a réalisé un pointage de 68 (-4), bon pour la 54e place. Champion en titre du tournoi des Maîtres, le Japonais Hideki Matsuyama a également joué une ronde de 68. Pour sa part, l’Américain Bryson DeChambeau a pris le 77e rang avec une première ronde de 69 (-3). Toujours ennuyé par des problèmes de genou, Brooks Koepka s’est classé 116e avec une marque de 71 (-1).

Bon départ pour Gligic

Michael Gligic a signé la meilleure performance canadienne en se hissant au septième rang grâce à une ronde de 65 (-7). L’Ontarien, qui a réussi neuf oiselets et commis deux bogueys, est à égalité avec 11 autres golfeurs, dont l’Espagnol Sergio Garcia.

L’Albertain Roger Sloan a lui aussi bien fait en complétant sa journée avec un pointage de 66 (-6). Il a d’ailleurs terminé son parcours en force en réussissant un oiselet au 17e fanion puis un aigle au 18e. Présentement 19e, il accuse trois coups de retard sur le sommet.

Pour sa part, l’Ontarien David Hearn a retranché deux coups à la normale de 72 en enregistrant trois oiselets et un boguey. Il est néanmoins loin derrière, au 96e rang, à sept coups de la tête.

Le tournoi n’a pas été présenté la saison dernière en raison de la pandémie de COVID-19. Le dernier champion a été couronné en 2019. Il s’agit du Sud-Coréen Kang Sung-hoon.