Balados

LNH : les joueurs préféreraient «ne plus jamais avoir de médias dans le vestiaire»

Publié | Mis à jour

La dernière saison n’a pas été de tout repos pour les joueurs de la Ligue nationale de hockey, mais une chose est certaine, plusieurs ne se sont pas ennuyés de la présence des journalistes dans leurs vestiaires.

Le défenseur des Penguins de Pittsburgh Kristopher Letang a été franc lorsqu’il a été interrogé sur le sujet dans le cadre de la baladodiffusion Lavoie-Letang.

«Les gars préféreraient ne plus jamais avoir de médias dans la chambre, a-t-il confié. L’idéal serait une section à l’extérieur de la patinoire pour parler aux médias. 

«Un peu comme au Championnat du monde où tu as un panneau et les joueurs vont là en sortant de la patinoire. Tous les médias sont devant eux et leur posent des questions.»

«Après une pratique ou un match, les gars aiment se déshabiller à moitié, relaxer, jaser, a poursuivi Letang. Ils veulent le faire dans un environnement où ils n’ont pas besoin de faire attention à ce qu’ils disent.»

La question du retour des journalistes dans les vestiaires de la Ligue nationale de hockey sera assurément abordée au cours de l’été, lors des prochaines réunions de l’Association des joueurs. En tant que représentant des joueurs des Penguins, Letang pourrait soulever le sujet.

«Si moi je ne me prononce pas, je peux te dire qu’il va y en avoir au moins 22 dans mon équipe qui vont se prononcer et je pense qu’il va y en avoir 750 qui vont le faire aussi», a indiqué le joueur québécois.

Un lieu de confiance

Letang n’a pas caché que certains journalistes ont quelque peu entaché la réputation du groupe auprès des joueurs.

«Dans la vie, il y a des gens qui ont de bonnes intentions et il y en a qui en ont des mauvaises. Ce qui est plate, c’est que le peu de gens qui en ont probablement des mauvaises noircit la feuille pour tout le monde, a dit Letang.

«Tu ne les veux pas autour de toi, c’est ça le problème pour les joueurs. Pour les joueurs, un vestiaire c’est un endroit de confiance. C’est leur maison. Je passe plus de temps dans le vestiaire que dans ma propre maison. C’est simple comme ça. Je veux être bien.»

L'animateur Renaud Lavoie a rappelé l’époque où les journalistes voyageaient à bord de l’avion du Canadien pour accompagner l’équipe à l’étranger. Une pratique qui a pris fin quand Bob Gainey en a eu assez. Même si certains journalistes s’en sont plaints, la décision était prise.

En sera-t-il de même pour l’accès aux vestiaires? Pour l’instant, Gary Bettman assure que leurs portes seront à nouveau ouvertes aux journalistes après la pandémie.