Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

La fin d’un marathon

Publié | Mis à jour

Il n’y a rien de normal avec cette saison en plein cœur d’une pandémie. Il n’y avait pas un seul partisan dans les gradins du Centre Bell et des six autres édifices des équipes canadiennes pour les 56 matchs du calendrier.

Le rythme des matchs frôlait également la folie. Le Canadien a terminé sa saison avec un éreintant marathon de 25 matchs en 44 jours. Même des marathoniens dans l’âme comme les collègues Jonathan Bernier, Luc Gélinas et Robert Laflamme auraient mal un peu partout aux articulations. Pour un joueur de hockey, cette cadence devait être invivable.  

Ben Chiarot l’a dit en des mots très polis après le revers de 4 à 3 en prolongation contre les Oilers. Il espère ne plus jamais revivre une telle saison. Dominique Ducharme a aussi offert une analyse intéressante des six dernières semaines encore plus endiablées après la pause d’une semaine de l’équipe en raison d’un cas positif (Joel Armia) à la COVID-19.

«Les joueurs qui ne jouaient pas ce soir, il y avait une raison, a dit Ducharme. On a fait face à de l’adversité. Sur le plan mental, quand tu joues à répétition, ça devient un défi. Il y avait le nombre de matchs, mais aussi la formule des mini séries. On se battait pour une position au classement et l’intensité des matchs restait élevée.»

«Les équipes que nous affrontions revenaient aussi souvent de quelques jours de congé. C’était un défi tous les soirs. Il y a une mince ligne entre gagner et perdre dans la LNH. Physiquement, c’est une chose, mais c’est aussi difficile mentalement et émotivement. On les poussait nos joueurs. Vers la fin, il fallait choisir les moments pour en mettre plus. Je pouvais voir parfois dans les yeux des gars qu’ils n’en pouvaient plus.»

Du repos pour six vétérans  

Pour ce dernier match contre les Oilers, Ducharme avait reposé Jeff Petry, Joel Edmundson, Tyler Toffoli, Josh Anderson, Eric Staal et Jake Allen.

Dans cette série folle de 25 matchs en 44 jours, le Tricolore a terminé avec un dossier de 10-13-2. Ce n’était rien de magique, mais c’était juste assez pour confirmer sa place en séries.

De belles choses  

Le CH profitera de deux jours de congé avant de passer en mode préparation pour le premier tour des séries face aux Maple Leafs. Questionné sur sa probable formation, Ducharme a évité le piège en disant que c’était trop tôt pour en parler. Il ne s’est pas aventuré sur les chances de voir Cole Caufield en uniforme.

«On va voir, a-t-il répondu. On a vu de belles choses de lui. On a vu de belles choses chez d’autres jeunes comme Jake Evans. Il faut considérer plusieurs choses, regarder l’état de santé de plusieurs joueurs. Cole a bien joué. Nous avons joué des matchs difficiles où il se débrouillait bien. Mais en séries, nous aurons besoin de nos 12 joueurs. Même pour traverser un tour, plusieurs choses peuvent survenir, nous aurons besoin de profondeur.»

Point de presse de Dominique Ducharme:

Point de presse de Nick Suzuki:

Point de presse de Cole Caufield:

Point de presse de Ben Chiarot:

Point de presse de Jesse Ylonen: